Partagez | 
 

 Pluies du désert.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mérope&Ézéchiel
<34

avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Pluies du désert.   Lun 11 Avr - 16:58

Pluies du désert

Pour la première fois depuis des Lunes, il pleuvait partout à Agrabah. Et pour la première fois depuis déjà plusieurs mois, tous semblaient être comblés dans la cité. Les enfants, vêtus que très légèrement, gambadaient avec allégresse dans les rues boueuses de la ville. Pour la plupart d'entre eux, la pluie n'était qu'une légende, un cadeau que tous espèrent voir chuter du firmament... et cette journée était la preuve que l'on pouvait toujours espérer. Les plus miséreux, quant à eux, s'abreuvaient à même les airs : les torrents qui chutaient de l'au-delà valaient pour eux autant que toutes les richesses du monde. Néanmoins, ce qui était le plus incroyable en cette journée, c'était cette grande fête qui s'était spontanément organisée : des musiciens jouaient, rictus aux lèvres, des musiques enivrantes alors que toute la populace s'était réunie sur la place centrale pour valser innocemment avec les autres. À Agrabah, ces moments heureux en communauté étaient pourtant si rares. Ici, chacun se préoccupe de sa propre petite personne, tentant de subsister dans la pauvreté et dans la misère accoutumée... Mais pour la première fois depuis des Lunes, les gens s'aimaient. Comme quoi le malheur des uns finit toujours par faire le bonheur des autres...

À travers la forte pluie qui tombait, le Roi Mickey traversa le seuil de la place publique d'Agrabah. Pour tout dire, à cet instant bien précis, il aurait apprécié avoir une paire d'yeux supplémentaire pour pouvoir admirer toutes les festivités qui l'entouraient : des jongleurs par-là, des chanteurs un peu plus loin, des tournois amicaux... Il était si impressionné par tout cela qu'il en négligea presque la raison principale de sa venue dans la cité du désert : un convoi égaré sur les dunes. En effet, les dires de Maître Raido avaient été concis, mais on ne peut plus clairs, d'autant plus que le client comptait à ce véhicule commercial comme la prunelle de ses yeux... Mais avant de s'aventurer au fond des sables éternels, le monarque voulait en connaître un peu plus sur la disparition dudit convoi. D'un pas léger et distrait par les symphonies et la grande fête de la pluie, il se fraya un chemin jusqu'à la demeure du propriétaire.

Le trajet fut plutôt long, mais il parvint finalement à son ultime destination. Devant le souverain se dressait à présent une résidence moyenne où se tenait piteusement un homme, sa femme et son enfant. Tous les trois paraissaient espérer la venue du Roi Mickey, qui se pressa à les rejoindre. Le monsieur, un homme dans la force de l'âge et étrangement barbu, tenait fermement la main de sa femme, une douce demoiselle qui semblait n'avoir jamais affronté les intempéries du désert. Un peu plus bas, on pouvait observer le fils, un juvénile d'à peine cinq ans. Ce fut d'ailleurs lui qui entama la conversation :

« Papa... C'est lui? »
« Je l'espère, mon fils, je l'espère, affirma d'un ton incertain le père de la famille. Puis, il se tourna vers le Roi Mickey : Monsieur - je vous en prie, seriez-vous celui qui a été envoyé par la Lumière?
« Je suppose, répondit sympathiquement Mickey. J'irai à la recherche de votre convoi rapidement, mais avant tout, j'ai besoin de renseignements. Vous n'auriez pas en votre possession le trajet qu'il devait suivre?
« Oui, oui. Voilà, juste ici! » Le père tendit une carte manuscrite du désert d'Agrabah au souverain. Sur celle-ci, un trait écarlate la parcourait, représentant l'itinéraire du convoi.
« Je vous remercie, monsieur. À très bientôt, je l'espère! »
« Et pour informations, mon véhicule contient que de la viande salée! »

Toute la famille salua le monarque, qui quitta Agrabah d'un pas rapide. En quelques secondes, il se retrouvait déjà sur le seuil du désert. Devant lui se dressaient une multitude de dunes, dunes qui avaient d'ailleurs pris une teinte de bronze à cause de la pluie qui ne cessait de tomber. Mais le Roi Mickey ne se laissa pas impressionner par l'étendue du désert, et s'avança vers ce qui semblait être la voie vers le convoi. Carte à la main, les yeux fixant un horizon inconnu, il cheminait presque trop joyeusement pendant une demi-heure... Mais en toute évidence, cette quiétude ne pouvait durer bien longtemps... Évidemment...

Le souverain parvint à identifier au loin un véhicule accidenté. Aussitôt, il se précipita aux côtés du convoi et l'observa quelques instants afin de repérer le conducteur. Malheureusement, ce dernier semblait avoir disparu, comme s'il avait décidé d'abandonner son propre navire. Néanmoins, le Roi Mickey n'en porta pas plus longuement attention et se rendit donc à l'arrière du convoi, afin de voir si le contenu du véhicule s'y trouvait toujours... Il ouvrit donc les deux énormes portes de bois et il put apercevoir des montagnes de caisses et de boîtes empilées. Il ouvrit l'une d'elles pour voir si elle était toujours pleine. Alors qu'il pensait que le véhicule avait été pris d'assaut par des bandits, il trouvait bien étrange de voir que tout était en ordre... Il ferma donc la première porte du véhicule.

Cependant, au loin, une forme métallique et brillante attira soudainement son attention. Il se fraya donc un chemin parmi la foultitude de caisses de bois jusqu'à pouvoir entrevoir une cage. Une cage... et des enfants encloîtrés à l'intérieur. Le monarque, stupéfait, poussa aussitôt les caisses sur le sable pour s'approcher un peu. Lorsqu'il fut finalement face à ladite cage, il resta médusé pendant plusieurs secondes. À l'intérieur de celle-ci, trois jouvenceaux étaient entassés l'un sur l'autre. Ils étaient maculés de sang, de saleté et de sable. Du point de vue de Mickey, les enfants semblaient affamés et assoiffés, et peinaient à rester en vie. Sans ne plus tarder, le souverain fit apparaître sa chaîne royale D, martela les barreaux et réussit finalement à ouvrir la cage de métal... Puis, il aida les enfants à quitter le cargo et les assit sur le sol.

Des esclaves. Le propriétaire du véhicule était un marchand d'esclaves. Le Roi Mickey était si furieux, si énervé, si insulté qu'un homme aussi ignoble ait pu demander l'aide à la Lumière. Comment pouvait-on tomber si bas? Comment pouvait-on en venir au point à kidnapper, à enfermer et à vendre des enfants sur le marché noir... Le souverain du Château Disney tentait tant bien que mal de garder son calme devant les juvéniles, question de ne pas les inquiéter. Il essaya donc de se calmer en engendrant du bout de ses doigts un jet d'eau. Les enfants vinrent aussi s'abreuver auprès du minuscule torrent. Par le fait-même, le monarque en profita pour les laver un peu. Puis, décidé à dénoncer le marchand d'esclave, le Roi Mickey installa les jouvenceaux à l'avant du véhicule et utilisa le convoi lui-même pour retourner à la cité...

Le trajet de retour avait été pénible. Le monarque bouillonnait intérieurement et ses idées se bousculaient... Que devait-il faire? Maître Raido l'avait envoyé à Agrabah pour répondre aux besoins du client, et non pas pour le nuire. La Lumière avait un code d'honneur à respecter lorsqu'il s'agissait de clients : toujours s'assurer qu'il soit le roi de toutes les décisions... Mais pour le souverain, cet acte horrible dépassait toutes les limites... Vendre des enfants à l'esclavage... Voler à jamais le bonheur et la joie de vivre à des enfants...

Les chameaux atteignirent finalement la ville d'Agrabah. Sans attendre une seconde de plus, le Roi Mickey installa les enfants sur lui et accourut jusqu'à la maison du propriétaire. Il était à ce point furieux qu'il en oublia presque l'objectif principal de sa mission, qui était de rendre le contenu du cargo au client. Quoi qu'il en soit, une fois rendu à destination, il aperçut le fils du propriétaire sur le coin d'une ruelle, mendiant et quémandant de l'argent aux passants. Le monarque s'en approcha et ne put s'empêcher de lui donner un peu de munnies, question de l'aider un peu... Mais aussitôt, le père de famille sortit de la demeure, sourire aux lèvres. Lorsqu'il vit les trois jouvenceaux dans les bras de Mickey, il blêmit rapidement et passa à peu de perdre connaissance. Il bégaya, se noyant dans sa propre marre de mensonges :

« Mais... mais... Qui sont ces... ces... enfants? »
« Je sais qu'ils sont en votre possession... ou du moins, pour le moment. Mais dites-moi, que faisaient ces enfants dans une cage, dans votre convoi? Et ne mentez pas. »
« Je... je... je n'en ai aucune idée! Ce n'était pas dans mon convoi, je... »
« Le véhicule contenait exactement ce que vous m'avez dit... en plus des enfants. »
« Mais monsieur... j'ai vraiment besoin de cet argent... de mon convoi... Ma femme et moi n'avons pas mangé depuis deux jours... et on peine à donner à manger à notre fils... Une larme déferla sur sa joue. J'ai vraiment besoin de... Taisez cette affaire, et je ne recommencerai plus... Je vous le promets... »

Que faire? Oublier cet acte ignoble et permettre à une famille de vivre heureuse? Ou encore dénoncer un criminel mais pousser une même famille à la misère et à la difficulté?... Mickey n'en avait sincèrement aucune idée. Dans tous les cas, sa conscience serait grandement affectée... D'une voix chancelante et tremblante, le monarque finit par prendre une ultime décision :

« Je vais oublier tout cela, mais je reviendrai, croyez-moi... Si un jour je vous revois sur le marché de l'esclavage, croyez-moi que ce sera la dernière chose que vous ferez en liberté... Sa voix avait pris une teinte de vengeance et de méchanceté comme jamais il ne l'avait fait auparavant. Il continua : Je vous préviens, et je ne rigole pas... Votre convoi se trouve à l'entrée de la cité. »

Le propriétaire et sa famille remercia grandement Mickey, qui quitta aussitôt Agrabah, en espérant sincèrement avoir pris la décision... Mais ça... seul le destin pourra lui en assurer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicdisney.forumactif.com
 
Pluies du désert.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fleurs du désert
» [Gommes] à quoi elle sert
» [Dirie, Waris] Fleur du Désert
» L'étoile du Désert de Desberg et Marini
» [Ferraris, Zoë] La disparue du désert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: THIS IS A NEW START :: Les Éphémérides d'un Rongeur.-
Sauter vers: