Partagez | 
 

 Désolation.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mérope&Ézéchiel
<34

avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Désolation.    Sam 7 Mai - 20:55

Le Prince Charmant était assis au bout de la table, mangeant goulûment tout ce qui se trouvait à portée de sa main. Cela faisait à peine une semaine que Cendrillon avait été enlevée par la Coalition Noire, mais pourtant, il semblait s'en être totalement remis. Il souriait à pleines dents déjà. Les courtisans du palais avaient même affirmé qu'il n'avait pleuré qu'une seule fois depuis la perte de sa douce, et ce durant quelques secondes à peine. Cela était fort curieux, pour tout dire : lorsque Mickey était venu au Palais des Rêves prévenir l'enlèvement de la princesse de cœur, le Prince Charmant sanglotait uniquement à l'idée de ne pas l'avoir à ses côtés. Et bizarrement, maintenant qu'elle était partie pour de bon, il ne paraissait éprouver la moindre tristesse, pas la moindre affliction. Était-ce de l'inhibition, ou un désir de ne pas vouloir entendre la vérité? Ou pire, le Prince Charmant était-il indifférent face au rapt de sa dulcinée?

Avec permission, le Roi Mickey vint se poser sur la chaise la plus près. Le Prince Charmant le salua joyeusement entre deux bouchées, ingurgitant avec intensité les monticules de nourriture qui se dressaient devant lui. Le monarque resta plusieurs minutes à ne pas parler, l'observant avec déplaisance : le noble mangeait comme un porc, et il mangeait autant de nourriture qu'il y en avait partout, sur lui comme sur le sol. Le souverain n'avait pas l'habitude de voir un membre de la noblesse autrefois si humble et civilisé savourer un repas avec un tel manque de classe. Mais évidemment, le Roi Mickey n'en porta pas attention, et crut plus logique de ne pas en faire part à son interlocuteur. Après tout, le pauvre vivait probablement un traumatisme depuis le fameux jour...

Après avoir passé à peu de dégobiller son petit déjeuner, le monarque prit l'initiative de discuter un peu avec le Prince Charmant. Avant de commencer à parler, il prépara chacun de ses mots et de ses expressions afin d'éviter de meurtrir le noble. Il commença donc d'un ton un peu timide, un ton d'ailleurs brisé par les regrets et par la culpabilité :

« Alors, comment allez-vous, Votre Altesse? »

Le Prince Charmant arrêta de manger net : il déposa même tout ce qu'il tenait dans ses mains (autrement dit, des tonnes de nourriture). Il se mit à fixer Mickey, qui se sentit soudainement dévisagé et qui détourna aussitôt le regard. Le noble resta dans cette étrange position plusieurs secondes, ou jusqu'à ce qu'une effluve de tarte au citron vint pénétrer ses narines. Il se leva d'un bond, se hâta jusqu'aux cuisines et revint avec des montagnes de desserts. Il les déposa aléatoirement sur la table, les admirant longuement avant de les dévorer comme un loup affamé. Après avoir mangé la moitié de ses gains, il dit finalement entre deux tartes aux pommes :

« Moi? Je vais super bien, Votre Majesté. Excellemment bien! »

Le noble replongea son visage dans le creux de ses desserts, oubliant presque la présence de Mickey. Celui-ci profita d'ailleurs de cette étrange situation pour aller déambuler un peu dans les couloirs du Palais. Il voulait entendre les témoignages de certains des courtisans et des servants, afin d'en apprendre un peu plus sur l'état du Prince Charmant. Curieusement, le monarque ne trouva personne de premier abord : ni dans les cuisines, ni dans les chambres. Après avoir passé plus de dix minutes à fouiller de fond en comble le manoir, il déboucha sur une la grande salle de bal, déjà réparée. Il y trouva tous les résidents du Palais, s'amusant en dansant et en jouant à une multitude de jeux. Le monarque fut contre son gré poussé dans une ronde de valse, où il dansotta en compagnie de merveilleuses dames. Il finit par quitter le bal et s'approcha de la scène. Il hurla, afin de se faire entendre :

« Mais que faites-vous ici? Le Prince est sur le point d'exploser, et vous êtes tous là à danser? »

Tout le monde se tut aussitôt. Certains courtisans furent choqués par cette remarque, et retournèrent immédiatement dans le Palais. D'autres restèrent là, ripostant de toutes leurs forces, comme pour faire entendre leur point de vue. Une jeune dame, certainement servante pour le Prince Charmant, s'entêta et cria tue-tête :

« Le Prince va bien! Parfaitement bien. Il mange, ne pleure pas et n'a jamais été aussi heureux! »

Tous scandèrent en chœur plusieurs minutes, jusqu'à ce que Mickey intervienne :

« Vous ne voyez pas qu'il n'est pas bien? Il sourit, certes, mais vous n'avez pas vu la profondeur de son regard? Vous n'avez pas remarqué à quel point il était anormal depuis ces derniers jours? Ne me dites pas que vous avez déjà vu le Prince dans cet état... Vous dansez alors que le Prince se meurt intérieurement? J'aurais honte, à votre place.

...

Le Prince a perdu la personne pour qui il était heureux. Pour qui il vivait. Avant l'enlèvement de Cendrillon, les larmes noyaient ses yeux. Il ne voulait en aucun cas la voir disparaître de son existence parce qu'après tout, elle était probablement la source de son bonheur. Voyez un peu plus loin, lisez un peu entre les lignes. Son sourire est triste, ses mots sont dépressifs, ses expressions sont découragées, son regard est malheureux...

...

Mettez-vous à sa place pendant un moment. Essayez de vous imaginer un instant sans l'être que vous chérissez le plus. Vous seriez dévasté, n'est-ce pas? Et vous auriez besoin de quelqu'un pour aider à vous relever, ai-je tort? Le Prince Charmant est comme nous tous... Il a besoin d'aide... Alors, je vous prie de sortir de cette salle de bal, et dirigez-vous vers vos quartiers en vous rappelant que vous pourriez être à sa place. Le Prince chutera bientôt, c'est assuré. La chute sera brutale et dure, c'est assuré. Mais il ne pourra se relever seul...
»

Tous sans exception quittèrent la salle de bal sans ne rien ajouter, comprenant l'ampleur de leur innocence. Mickey, quant à lui, retourna auprès du Prince Charmant, qui était d'ailleurs toujours assis au bout de ladite table. Il mangeait toujours, dévorant, savourant, avalant... Mais au moment où le monarque revint s'asseoir, le noble échappa une tarte entière sur le sol. Le Prince Charmant la regarda quelques instants - plusieurs minutes en fait - en ne prononçant le moindre mot. Puis, soudainement, il laissa tomber ses ustensiles. Il leva le regard vers le ciel et explosa.

« Mais qui a fait tomber ma tarte? QUI? QUI? C'est toi, hein? AVOUE! »

Le noble bondit de sa chaise et chargea contre Mickey, qui ne put esquiver l'assaut du Prince Charmant. Le monarque se trouvait en position de désavantage, le noble ayant le dessus. Tenant fermement le cou du souverain dans ses mains, le Prince Charmant dégaina son épée, la visa contre la gorge et cria :

« C'est encore de ta faute! C'est toi qui a fait tomber ma tarte et c'est toi qui a... »

Le visage de Prince Charmant devint écarlate, et la pointe de son épée s'approchant de plus en plus du cou de Mickey. Ce dernier voulut se débattre, mais son assaillant était beaucoup trop lourd.

« Et c'est toi qui a laissé partir ma Cendrillon... MA CENDRILLON! »

Il respira longuement, et finit :

« Tu vas mourir pour ça. TU VAS MOURIR, TU ENTENDS? »

« Réfléchissez, Votre Altesse, réfléchissez. Ce n'est pas de ma faute si Cendrillon a été enlevée, mais bien de celle de la Coalition Noire. J'ai fait tout en mon pouvoir pour la retrouver, mais les cieux ont été contre moi ce jour là... Vous devez conserver cette colère pour l'utiliser à des fins plus utiles... Ne me tuez pas, ce n'est pas nécessaire... »

Le Prince Charmant voulut cribler sa cible, mais s'y résigna au dernier moment. Alors que son visage reprenait une teinte normale, son regard se mouilla. Des larmes naquirent dans ses yeux et commencèrent à déferler sur ses joues. Et c'est ainsi qu'il perdit totalement son esprit. Il pleurait. Pleurait comme personne n'avait jamais pleuré auparavant. Il pleurait avec une telle intensité qu'il aurait pu noyer Atlantica. Il pleurait... il pleurait de désespoir, mais pleurait aussi de nostalgie. Il pleurait... et il pleurait. Puis, il lança aussitôt son épée bien loin dans la pièce, se releva et se laissa s'écrouler sur la chaise. Mickey s'en approcha, bouleversé par cet élan émotif.

Et aussitôt, le Prince Charmant commença à s'excuser, à demander le pardon au monarque. Il s'excusait de l'avoir blessé, de l'avoir accusé, de l'avoir poussé contre le sol. Mais au fond, tout cela était compréhensif. Il était traumatisé par le départ de Cendrillon, et ayant conservé toutes ses émotions à l'intérieur, le tout devait un jour sortir telle une détonation. Le Prince larmoya ainsi durant plusieurs heures, le Mickey restant à ses côtés pour ouïr la moindre de ses paroles. Au bout de la troisième heure, il dit finalement d'une voix toujours aussi déplorée :

« Je... je suis sincèrement et... profondément... navré. Je vais retrouver... je vais la retrouver. »

« Et je vous aiderai, Votre Altesse. La Lumière vous aidera également. C'est une promesse. »

Le Prince Charmant sourit malgré sa tristesse, et conclut la conversation :

« Je vous remercie du plus profond... de mon cœur... Maintenant, sauf... votre respect, j'aimerais... j'aimerais rester seul quelques jours, question de me... de me reposer un peu... »

Le monarque salua son interlocuteur et lui répéta qu'il pouvait faire appel à la Lumière à n'importe quel moment pour n'importe quelle raison. Et il quitta finalement le Palais des Rêves, revoyant des images du combat contre Alden, regrettant de n'avoir pas réagi assez rapidement pour la sauver...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicdisney.forumactif.com
 
Désolation.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Bazin, Hervé] Les bienheureux de la Désolation
» Voyage aux îles de la désolation de Lepage
» King Stephen - Désolation
» Désolation
» Le Hobbit : la Désolation de Smaug

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: THIS IS A NEW START :: Les Éphémérides d'un Rongeur.-
Sauter vers: