Partagez | 
 

 La Route de brique rouge.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mérope&Ézéchiel
<34

avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: La Route de brique rouge.   Sam 30 Juil - 12:02

Le Vieux Canard, tel était le nom d’une taverne miteuse de Sherwood. Construite sur les restes d’un cimetière ancestral et ayant affronté quelque trois incendies et deux cyclones, on disait du Vieux Canard que c’était l’endroit le plus malchanceux de toute la forêt. En plus d’avoir subi les ravages de la nature, la taverne avait aussi été prise d’assaut par deux cohortes de brigands différents, en plus d’avoir été à la base d’une prise d’otages qui s’annonça assez sanglante… Mais pourtant, le Vieux Canard était toujours là, bien que dévasté par le temps et par les événements…

Le Vieux Canard, tel était le nom de la taverne miteuse où Falco s’était réfugié.

Assis derrière le comptoir et contemplant un mur banal, le faucon buvait goulûment ce qui semblait être un mélange alcoolisé. N’ayant rien d’autres à faire, il s’était établi là depuis plusieurs heures. Commandant de temps à autre quelques boissons pour égayer sa soirée, il écoutait d’une oreille distraite les conversations des autres passants. Ouais… Falco était réellement désespéré. L’espace lui manquait, le vol lui manquait, l’armée lui manquait… Il devait impérativement récupérer un vaisseau, aussi misérable soit-il. Il ne pouvait survivre bien longtemps sur la terre ferme.

Et alors qu’un énième verre venait s’apposer sur le comptoir, tout juste devant Falco, son attention fut subitement attirée par un dialogue entre deux caïmans. Ils parlaient grassement, rigolant toutes les deux secondes pour des raisons que Falco ignorait tout simplement. Toutefois, il ne pouvait s’empêcher de les écouter… C’était plus fort que lui.


« T'as entendu parler du Miraculeux? »

« Miraculeux… Ce serait pas un magasine de cha… »

« Non, non. Le Miraculeux, interrompit le plus gros des deux. C'est un ami de mon ami qui m'a raconté ça. Selon lui, c'est un sorcier qui vit dans les sous-sols de la Chapelle. Il serait capable d'exaucer Trois vœux… Trois vœux, mec, trois vœux! C'est pas n'importe quoi. Devenir riche, célèbre, glorieux, amoureux… La classe. »

« Et tu y crois, toi, à ces histoires? »

Falco rigola silencieusement, et il se détacha de la conversation pour essayer d'en capter une autre. Un peu plus loin dans la taverne, un groupe de gorilles discutaient à haute-voix et ils semblait sérieusement furieux. Et évidemment, dans un bar comme celui-ci, ce qui devait arriver arriva soudainement. Deux des gorilles commençèrent à se bousculer dans tous les sens, et une bagarre générale s'ensuivit aussitôt. Des verres se mirent à fendre l'air, alors que les poings partaient de tous les côtés. Plus le temps avançait, plus d'autres passants venaient se joindre à la bataille, et plus le sang coulait à flots… La joie des tavernes et les petits bonheurs de l'alcool! Hum.

Mais Falco n'avait pas réellement envie de participer à tout ce chaos, et décida sagement de quitter la taverne. Il esquiva un coup ou deux et passa à peu de recevoir un verre vide derrière la crâne. Heureusement, ses réflexes lui permirent d'éviter le pire. Toutefois, ce qu'il n'avait pas prévu, c'est que quelqu'un ait la brillante de se mettre à lancer des chaises… Rapidement, des tables et des chaises étaient balancées dans tous les sens. Bref, c'était le tohu-bohu absolu dans le Vieux Canard, comme si une ixième tornade avait décidé de ravager la taverne.

Sans la moindre égratignure, Falco quitta la taverne et, glorieux, se retourna pour observer une ultime fois le Vieux Canard. De l'extérieur, on entendait encore le vacarme incroyable, et on pouvait même entendre des gémissements de douleur et des insultes lancées de tous bords. Heureusement que le faucon avait décidé de partir, car après tout… Il était déjà dans un sale état; ce n'était donc pas nécessaire d'empirer le tout… Et boum.

Lorsqu'il se réveilla quelques minutes plus tard, un mal de tête horrible le faisait souffrir. Il se remit sur pieds tranquillement et dans une démarche chancelante, il s'avança vers l'entrée du bar, afin de voir ce qu'il en était. Respirant un bon coup, il ouvrit donc la fameuse porte, et devant lui se dressait un panorama assez curieux. La taverne était décidément sans-dessus-dessous. Il y avait des tables brisées dans tous les coins et la plupart des chaises avaient été fracassées férocement. Pourtant, tout le monde buvait et discutait comme de vieux amis, comme si rien n'avait jamais eu lieu… Falco soupira, mais soupira de soulagement. Il avait envie de se reposer, et pouvait donc retourner flegmatiquement devant le comptoir. Ce qu'il fit sans tarder, ordonnant une autre boisson alcoolisée.


« Ce Miraculeux m'intrigue réellement. »

Lança le caïman en frappant sur la table. Et pour la première fois depuis plusieurs jours, une lueur d'esprit vint faire scintiller le regard de Falco. Si ce Miraculeux existait vraiment et qu'il offrait véritablement quatre voeux à tous les passants, il devait le trouver. Impérativement. Et c'est dans cette optique qu'il abandonna le comptoir et le Vieux Canard derrière lui et se mit à cheminer vers la Chapelle. Comme il connaissait Sherwood comme le fond de sa combinaison, il marchait avec assurance et estime, sachant exactement où aller pour s'y rendre. Mais singulièrement, quelque chose paraissait avoir changé dans le royaume… Tout était plus calme… Plus différent.

Et cette route de brique rouge? Jamais il ne l'avait vue auparavant. Pourtant, selon une affiche qui était installée tout près de ce chemin, on pouvait clairement lire que la Chapelle de Sherwood se trouvait dans cette seule et unique direction. Après tout, cela faisait déjà plusieurs années que Falco n'avait pas mis le pied sur sa terre natale, et il était donc tout à fait banal que les choses aient changé légèrement, n'est-ce pas?

Oubliant ce petit détail, il posa le pied sur ce pavé écarlate et commença à s'avancer vers l'horizon. Rapidement, le décor enchanteur de la forêt de Sherwood se transforma mystiquement… Les arbres devenaient de moins en moins fréquents, laissant place à des plaines verdoyantes qui semblaient s'étendre sur des milliers de kilomètres. Des acres de fleurs de toutes les couleurs avaient pris la place des buissons, alors qu'au loin, on pouvait clairement voir ladite Chapelle. Cependant, elle était beaucoup plus imposante qu'autrefois, et même si Falco se trouvait à plusieurs lieux de celle-ci, il pouvait la distinguer trop aisément… Dites donc, Sherwood avait beaucoup changé!

Suspicieux, il perpétua tout de même sa ballade sans regarder derrière lui. Peut-être était-ce Miraculeux qui s'amusait à perturber Falco, qui sait? Les secondes passèrent… Puis les minutes également. Jusqu'à ce qu'un bruit attira l'attention du faucon. Ce dernier se retourna donc avec une vélocité incroyable et examina les lieux afin de découvrir la source de ce son inopiné… Alors qu'il se retournait, une touffe de poil rousse se plaça dans un champ de vision. Dégainant son pistolet laser d'un geste prompt, il se traîna jusqu'à ladite créature. Il prit la décision d'entamer un dialogue :


« Je suis armé. Sortez de votre cachette immédiatement. »

Un petit cri aigu se fit entendre, et un renard se détacha de derrière un arbuste. Prudemment, il se releva poussivement, de façon à ne laisser à vue que le haut de son corps, le reste étant caché par le feuillage dense. Les deux individus se regardèrent infiniment, chacun attendant la réaction de l'autre. Quelques instants plus tard, ce fut le renard qui décida de prendre la parole, dans un débit hésitant et dans une voix brisée par la timidité et par la peur :

« … Ne tirez pas, je vous… vous en prie. Je ne vous veux… aucun mal. Je suis simplement… simplement à la recherche du… du Miraculeux, commença-t-il en avalant bruyamment sa salive. Vous… Vous vous y rendez vous aussi? Je veux dire… Le Miraculeux est par là et… et vous allez par là aussi. »

Falco rangea son pistolet, et aussitôt, la tension qui régnait entre lui et le renard disparut. Comme réconforté, le renard se leva complètement et s'avança adagio. Il hésitait toujours, et cela se voyait dans son visage.

« Je suis en effet à la recherche du Miraculeux, tout comme toi… Viens avec moi si tu veux, dit-il sans attendre. D'ailleurs, je suis Lombardi. Falco Lombardi. Et toi, pourquoi tu veux le rencontrer? »

« Je… C'est personnel. Mais je veux bien t'accompagner. »

Bien que surpris de sa réponse, le faucon n'en porta pas attention, continuant à s'avancer vers ce qui semblait être la Chapelle. Ainsi, côte à côte, ils gambadèrent de longues minutes sans prononcer le moindre mot. Une chimie bizarre paraissait les repousser l'un loin de l'autre. Le renard était un être très timide et le simple fait de sourire à quelqu'un d'autre semblait l’embarrasser au plus haut point… Et de toute façon, Falco jugeait que c'était beaucoup mieux ainsi. En restant silencieux et serein, il pouvait de cette façon penser et réfléchir librement, sans devoir engager une conversation.

Alors, qu'en chœur, ils accélèrent le pas pour atteindre leur destination plus rapidement, Falco distingua deux silhouettes robustes au loin. Intrigué, il invita le renard à redoubler en vitesse dans le but de les rejoindre, ce qui arriva quelques secondes plus tard. Le duo d'individus se tourna et les deux groupes se dévisagèrent pendant l'espace d'un instant : un gorille et un alligator… Quelle bande de joyeux-lurons! Agacé par cette période de quiétude, Falco s'avança un peu et prit subitement la parole :


« D'autres partisans du Miraculeux, j'suppose? »

« En effet, rétorqua l'alligator avec un enthousiasme marqué. Vous aussi? On peut se joindre à vous? Vous m'avez l'air fort sympathiques, en plus d'être accueillants. Ce serait bien qu'on travaille ensemble. »

Falco regarda l'alligator sans ne rien dire, impressionné par cet élan d'enthousiasme et de joie de vivre… Comme pour prendre place, le gorille se contenta que de bousculer un peu l'alligator et affirma :

« Désolé si je ne parle pas assez fort… Enfin… Et pardonnez le pauvre : il fait confiance aux gens beaucoup trop vite… Et c'est pour améliorer cette naïveté qu'on se rend chez le Miraculeux, car ça devient une maladie… Mais désolé si mes paroles semblent décousues, et réellement navré si je vous dérange… »

« Hé l'ami… C'est pas la peine de t'excuser pour tout. C'est malsain. »

« Désolé, murmura le gorille. Je n'ai aucune confiance en moi… C'est pour ça que je me rends chez le sorcier. »

Il y eut un second silence, comme un malaise qui envahissait la route de brique jaune. Cette quiétude fut brisée par l'alligator qui, en gesticulant, décida de relancer la conversation en s'adressant à ses nouveaux compagnons :

« Et vous, pourquoi vous voulez voir le Miraculeux ? Hein, hein? »

« … C'est personnel. », annonça le renard timide en se reculant un peu.

« Ouais, d'accord… Et toi mon meilleur ami le faucon? »

« Pour voir s'il existe vraiment… Bon, allez, il commence à se faire tard, 'faut avancer! »

Les quatre animaux anthropomorphiques continuèrent leur route vers la Chapelle sans ne rien ajouter. Alors que le soleil commençait à être épuisé d'illuminer le monde de ses milliers de rayons de soleil, ils débouchèrent ultimement sur trois voies distinctes… À côté de chacune d'elle, on pouvait observer un panneau qui indiquait que la Chapelle se trouvait dans cette direction… C'était donc contradictoire. Trop contradictoire pour être simple. Et Falco était certain que c'était un piège posé par le thaumaturge qui voulait éviter des passants…

Le quartet s'étant arrêté devant cette impasse, Falco tenta d'utiliser son don de détection pour découvrir le véritable chemin, mais en vain. Tout ce qu'il réussissait à sonder, c'était cinquante mètres à la ronde, soit trop peu pour localiser le Miraculeux. Désappointé, il se retourna prestement vers ses compagnons et annonça :


« … On prend quelle direction? »

Tous lancèrent des regards nerveux un peu partout, attendant patiemment que quelqu'un ait un éclair de génie. Mais personne ne parla pendant plus d'une minute. À quelques reprises, certains semblaient vouloir prendre la parole, mais ils s'y résignèrent en ayant peur de ne pas trouver l'authentique chemin et de mener les autres à la dérive. Ce fut uniquement lorsque le gorille s'avança un peu et qu'il se mit à toiser les panneaux d'indication qu'il en déduit :

« Navré de briser ce silence, mais je crois avoir trouvé quelque chose. Sur deux des trois panneaux, on peut voir le mot Chapelle est écrit avec trois L… Désolé si je suis peu précis, mais je crois qu'il faut prendre la direction du panneau bien orthographié… Je crois. Ce serait logique… En tout cas, ça semble logique tout ça. »

« Hmm… Et si c'était un piège posé par le Miraculeux? », se questionna Falco.

« Sincèrement, je pense que non. Croyez-moi, c'est dans cette direction. »

« Mouais, bon… D'accord. On te suit… Ce sera de ta faute si on périt… »

Lentement mais sûrement, ils cheminèrent ensemble vers la voie de droite, celle qui, selon les dires du gorille, était celle qui correspondait à la vérité. Alors qu'ils imploraient les cieux d'avoir pris le bon chemin, les deux autres sentiers se dissipèrent dans l'air… C'était mauvais signe… Très mauvais signe. Mais au moment où ils s'attendait au pire, des centaines de confettis émergèrent de la voûte céleste, comme par magie. Les quatre bipèdes se regardèrent, et un sourire joyeux orna le visage de tous et chacun, mais sur celui du renard qui prônait la timidité et la discrétion… Après avoir félicité le gorille, ils continuèrent joyeusement leur route vers la Chapelle du mystérieux thaumaturge.

Le soleil était sur le point d'être bordé par les nuages, et le firmament s'était recouvert de coups de pinceau écarlates, orangés et jaunâtres, formant une magnifique toile à couper le souffle. Les dernières lueurs de l'astre enflammé éclairait le Chapelle et les plaines verdoyantes, rendant le lieu carrément mystique. Si Falco avait été seul, il aurait probablement pris quelques secondes pour admirer tout ce paysage, mais dans la situation actuelle, il n'avait pas de temps à perdre.

Ainsi, il atteignit une grande place pavée où une fontaine trônait au centre. Alors qu'ils espéraient prendre quelques secondes de répit, un brouillard opaque vint emplir les lieux, donnant à l'endroit un aspect sombre et lugubre. On entendit des bruits de pas qui venaient de tous les côtés, et du néant sortirent un groupe de sans-cours affamés. Des simples ombres, certes, mais tout de même… Ils étaient au moins une bonne quinzaine, et à la vue des compagnons de Falco, il allait probablement devoir accomplir ce combat en solo. Néanmoins, après tout, cela ne le bouleversait pas tellement, car cette légère mésaventure allait pimenter un peu les choses.


« Je m'en occupe. Admirez. », rigola-t-il en fonçant dans le champ de bataille.

Dégainant son fusil avec sa classe habituelle, il tira aussitôt dans le tas. En quelques secondes à peine, cinq écorces noires furent éliminées avec une précision incroyable. Mais le combat n'allait pas pour autant être si facile, car au moment où il voulut attaquer de nouveau ses opposants, ces derniers se rebellèrent et bondirent ensemble sur Falco. Se débattant de toutes ses forces et tentant de sortir de cette masse ténébreuse qui s'agglomérait autour de lui, le faucon bondit haut dans les airs avant d'atterrir lentement sur le sol. Le saut avait été si brusque et si preste que les sans-cœurs avaient tous lâché prise aussitôt. Il était donc libre de nouveau, pouvant se mouvoir agilement.

Cela fait, Falco se mit à sprinter dans tous les sens. Il allait si rapidement que des reflets se créaient au fur et à mesure qu'il avançait. Les ombres ne savaient plus où donner la tête, et plusieurs s'écrasèrent sur le sol complètement étourdies. Puis, ricochant brusquement, il chargea sur deux des sans-cœurs. Encore une fois, sa vélocité lui permit de compenser pour son manque de force, et le duo obscur fit un véritable vol plané de plusieurs mètres avant d'exploser tristement sur les plaines de Sherwood; Falco ne put retenir un rire satisfait lorsqu'il les vit éclater dans un nuage de fumée noire, puis disparaître dans la même seconde.

Mais l'altercation n'était pas encore achevée, et il restait cinq sans-cœurs à détruire avant de retrouver la paix. Ainsi, prenant un élan sur plusieurs mètres, Falco se laissa glisser sur la route de brique rouge, et en deux temps trois mouvements, les sans-cœurs présents dans sa ligne de course furent rapidement anéantis. Pour couronner le tout et pour terminer le combat en beauté, le faucon s'approcha des deux ombres restantes et les prit sauvagement, avant de les frapper l'une contre l'autre. Dans un vacarme de gémissements et hurlements effrénés, les créatures des ténèbres rendirent l'âme, ne pouvant rien contre Falco… Regardant la scène, il était fier de son combat.

Reprenant son souffle, le faucon s'approcha de ses compagnons, qui avaient regardé le combat avec admiration. Mais il manquait quelque chose au groupe, ou plutôt quelqu'un… Où était passé l'alligator enthousiaste? Où était-il parti? Falco regarda autour de lui, et alors que la fumée diminuait graduellement, il put apercevoir au loin le crocodile qui discutait avec une vieille sorcière. La fierté spatiale s'en approcha et capta quelques brides de la conversation :


« Vous dites que je dois vous rejoindre pour devenir riche? »

« Tout à fait! s'étonna la sorcière. Sa voix était rude, sévère et aiguë comme tout. Je promets de te donner tout ce que tu veux… Pour cela, tu dois rejoindre mes rangs. C'est simple, n'est-ce pas? »

L'alligator se retourna et plongea son regard dans celui du gorille. Il semblait hésiter…

« Jamais. Vous n'êtes qu'une sorcière qui veut se servir de moi. »

« Oh, sale rat! »

Sur son balai, la sorcière se mit à planer en tourbillonnant et en rigolant de la façon la plus horrible soit-elle. Furieuse qu'on ait décliné son offre, elle commença à lancer des sorts en direction de Falco et de ses compagnons de voyage. Le faucon, voulant éviter le pire, reprit son arme en main et ouvrit le feu sur la cinglée. Alors que les lasers fusaient l'air, des jets de feu émergeaient de la paume de la sorcière, brûlant tout ce qu'il y avait de mystique dans les alentours. Un sort de flamme atteignit la jambe de Falco, qui était préoccupé à voir s'il y avait quelqu'un de meurtri… Il tomba aussitôt à genoux et tenta de consumer la douleur qui l'envahissait…

Et en plus, la sorcière avait plus d'un tour dans son sac. Elle vola vers le renard et par l'épaule, elle le prit sauvagement, le tenant dans les airs à plus de cinq mètres de hauteur. Évidemment, le renard commença à paniquer… Il se débattait, mais en même temps, il tentait de rester calme pour éviter la chute libre. Alors que Falco se concentrait toujours pour négliger sa souffrance et foncer de nouveau, il essaya de conseiller ses compagnons de choc sur la situation :


« Les gars, placez-vous sous le renard et attrapez-le… Moi, je m'occupe d'elle. »

Prenant une grande respiration, Falco se releva. De là, il appuya moult fois sur la gâchette, visant la magicienne d'une dizaine de faisceaux laser, mais sans réelle conséquence. Rapide, elle parvenait à éviter chacun des projectiles, restant saine et sauve. Mais le faucon n'avait pas encore dit son dernier mot. Chargeant son énergie magique dans le creux de sa main, il se concentra. Puis, d'un coup vif, il relâcha le tout : une bourrasque de vent violente frappa la sorcière de plein fouet et elle chuta littéralement de son balai, atterrissant dans la fontaine au centre. Et tranquillement, elle se laissa mourir, se désintégrant dans le liquide, hurlant et gémissant de toutes ses forces…

Mais cela n'annonçait pas la fin des problèmes… Car, en effet, le renard était toujours suspendu au balai, étant à peu de tomber. Falco s'en approcha, et se plaçant de façon à pouvoir l'attraper en cas de problème, il lui rassura :


« Lâche tout, on te rattrape… N'aie pas peur! »

« Non… se plaignit le renard. Je n'ai pas confiance en vous. »

« Allez. Fais pas ton âne. Lâche. »

Et sans avertissement, le renard laissa glisser ses mains sur le balai et chuta dans le vide. Apeuré, il ne put retenir quelques cris d'effroi. Le temps sembla s'arrêter pendant quelques secondes, mais malgré tout, l'atterrissage se déroula avec un grand succès. Sur le sol, le renard remercia timidement les autres, et commença à se diriger vers la Chapelle sans ne rien ajouter, ce que tous firent aussitôt… La Chapelle n'était qu'à quelques pas…

Ultimement, ils arrivèrent devant les interminables portes de la maison de prière. Comme s'ils avaient parcouru tous les mondes durant des mois entiers, ils s'arrêtèrent brusquement et contemplèrent le bâtiment sans ne rien dire. Seulement un silence subsistait… Un silence qui donnait aux jardins de la Chapelle une allure magique, presque paradisiaque. Et comme s'ils communiquaient par la pensée, le quartet pénétra dans l'édifice en même temps, au même moment, ayant le même but en tête : pouvoir obtenir ces trois vœux (sauf dans le cas de Falco, mais taisons-nous un instant).

Quand ils entrèrent, une douce mélodie vint amuser leurs oreilles, alors que des choristes à l'avant-scène chantonnaient des louanges. Partout sur les murs, d'incroyables vitraux étaient installés et ainsi, chacun des rayons du soleil transformaient l'intérieur en un lieu fantastique. Du rouge, du bleu, du vert… Au fond la Chapelle, il y avait un confessionnal, puis un autel pour le Seigneur, comme une véritable maison de prière et de recueillement… à une seule exception près. Il n'y avait aucun siège, laissant place à un énorme feu… Mais pas un feu comme les autres. En effet, chacune des flammes et des étincelles formaient une tête gigantesque, qui semblait se mouvoir au fil des secondes… Et plus, ladite tête était en vie. Et elle parlait en plus, d'une voix forte et grave! Le Miraculeux…


« Oh, de nouveaux arrivants! Je suppose que vous venez me voir pour vos trois vœux, ai-je raison? … Oh, c'est pas la peine de répondre, je sais très bien que je n'ai pas tort. Alors, très chers… J'attends vos vœux. Mais attention, même si vous êtes quatre, vous n'avez pas un seul souhait de plus. Oho! »

Furent-ils scandalisés? Pas du tout… Car au fond, ils n'étaient que trois à vouloir souhaiter.

« J'aimerais pouvoir refuser et être capable de ne pas faire confiance à tout le monde… Je sais que c'est étrange, mais on dit que je suis trop naïf… Trop innocent. Et je leur fais confiance. », commença l'alligator enthousiaste.

« Eh bien, mon gars… C'est déjà fait! Je vous ai tous observés durant votre long périple, et croyez-moi, je pourrais en raconter long sur ce qui s'est passé. Alors toi, mon ami l'alligator, je dois te dire que tu en es déjà capable. Lorsque la sorcière tentait de te convaincre de la rejoindre, tu as néanmoins décliné son offre et tu es parti. Tu en es déjà capable, donc… Il suffit seulement que tu y réfléchisses et que tu pèses les pours et le contres. »

« À moi maintenant! Je veux avoir confiance en moi… », souhaita le gorille.

« Encore une fois, c'est fait. Quand vous faisiez face aux trois voies, tu as proposé une solution et elle s'est avérée un succès. Même quand les autres doutaient de ta déduction, tu as encore assumé ton choix et tu les as persuadés de te suivre. Et en plus, lorsque tu as énoncé ton souhait, tu n'as pas demander le pardon pour m’avoir interrompu. Héhé! Hoho! Tu peux te faire confiance à présent… Il suffit simplement que tu crois en toi et en tes capacités. »

« Vous… Vous avez raison! »

« J'ai toujours raison! Et toi, le renard, tu ne parles pas? »

« Eh bien… J'aimerais pouvoir faire confiance aux autres. »

« Décidément, c'est mon jour de chance! Car ça aussi, c'est déjà fait. Premièrement, en souhaitant ainsi, tu assumes donc avoir une certaine confiance en moi et en ce que je peux faire, n'est-ce pas? Tu as également accepté de suivre le faucon au tout début de cette aventure, en plus de t'être laissé tombé dans le vide alors que tu savais pertinemment qu'ils étaient tous là pour te rattraper. Encore une fois, j'ai raison! Tu peux faire confiance aux autres à présent… Il suffit de t'ouvrir au monde qui t'entoure. »

Subitement, alors que le Miraculeux finissait sa phrase, le renard, l'alligator et le gorille disparurent. Falco, stupéfait, les chercha du regard quelques instants, mais le thaumaturge le rassura d'une voix douce :

« On approche la fin de ton coma, l'ami. »

« Mon… mon coma? »

« Tu ne crois quand même pas que tout ce que tu as vécu, c'était réel? Eh ouais… T'as reçu un sale coup dans le Vieux Canard, et t'as brusquement sombré. On t'a tout d'abord cru mort, et on était sur le point de te balancer dans une rivière… Mais un médecin passait dans le coin - heureusement - et a déclaré que t'étais toujours en vie. Tu auras probablement des séquelles, cependant. Enfin bref… C'est pas important pour le moment. »

« … Quoi? »

« Comme je le disais, notre rencontre sera bientôt interrompue; je dois profiter de nos dernières minutes pour tirer une leçon de toute cette mésaventure. Tu n'as pas une idée de ce que je vais te dire? »

« Ouais… Attends. Tu vas me dire que je dois apprendre à faire confiance aux gens, et surtout à faire confiance en ce qu'ils disent… T'as raison. Si je n'avais pas fait ma tête dure, je serais probablement toujours avec Fox… »

« Euh… C'est tout? »

« Non, je crois… Tu vas ensuite me dire que je dois aussi faire attention à mon entourage… Que dans l'avenir, je dois toujours m'assurer de connaître quelqu'un avant de créer des liens avec… Et surtout… Tu vas me dire que je dois me faire confiance, et que malgré tout ce qui peut arriver et blablabla, je dois toujours avoir une bonne estime de moi pour accomplir de grandes choses… C'est ça? »

« Ta morale est meilleure que la mienne… J'étais simplement pour te dire de détaler plus rapidement lorsqu'une bagarre générale s'annonçait dans un bar… Mais bon, oublie tout ce que j'ai dit. »

« Bon, je peux me réveiller maintenant? »

« Certes. 3… 2… 1… »

Pouf.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicdisney.forumactif.com
 
La Route de brique rouge.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mur en brique Italeri
» Collonges la Rouge en Corrèze
» Mon marder ne tient pas la route...
» Patine bâtiment en brique
» Rouge Brique.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: THIS IS A NEW START :: Les Mésaventures de l'Inconnu-
Sauter vers: