Partagez | 
 

 xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mérope&Ézéchiel
<34

avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx   Mer 21 Sep - 21:21

Abel, celui-qui-devra-apprendre

.

    Identité

      N o m C o m p l e t : Abel, signifiant le souffle.
      S u r n o m : Celui-qui-devra-apprendre.
      Â g e : Tout nouvellement dix-huit ans.
      C a m p : Pour l'instant, misérable Errant.
      M o n d e d' O r i g i n e : Le Palais des Rêves?
      R a c e : Humain, ayant l'esprit d'une fée.

    Prologue : La légende des Septuplées
___« Il fut un temps où le Palais des Rêves ne connaissait pas les Ténèbres. Si l’on omettait les moult bagarres qui opposaient brigands et bourgeois, il n’y avait ni guerres et ni hostilités qui pesaient sur les épaules des habitants. C’était bien avant l’arrivée des sans-cœurs; bien avant la montée de ces armures sans âme ni émotions. C’était un temps où les gens étaient heureux, où on ne se préoccupait pas du manichéisme et des maux. Un temps où on pouvait déambuler dans la forêt sans avoir peur de mourir. Un temps où on pouvait déployer ses ailes… Mais comme toute cette fable n’était qu’un trivial conte de fées, cette perfection ne pouvait s’éterniser : ce fut un soir comme les autres, où une larme de ténèbres jaillit du néant, alors que la lumière blafarde de la principauté s’atténua encore un peu.
___Des septuplées – des fées jumelles aux facultés souvent sous-estimées – connurent un litige qui foudroya et déchira leurs liens durement tissés. Pour une raison que tous ignorèrent, un terrible froid s’installa entre elles. Les injures et les insultes fusaient comme des éclairs; les coups-bas s’envolant de tous les côtés telle une ruée de corbeaux. Certaines tentèrent même de mettre fin aux jours de leurs sœurs. Ainsi, cette triste querelle dura presque dix ans, alors qu’une fée supérieure décida de solutionner ce problème. De fait, la fée supérieure condamna les septuplées à la perdition. Dans un nuage d’étoiles et de brume, les âmes des fées quittèrent leur corps respectif et pénétrèrent dans le corps de sept nouveau-nés du Palais des Rêves. Si l’un des bambins soigneusement élus mourait, se blessait ou était affecté par la maladie, chacun des autres liés ressentirait immédiatement les effets directs. Telle était l'authentique malédiction qu'eut projetée la fée supérieure sur les septuplées. Était-ce une initiative cohérente? Nul ne le savait.
___Cette nuit-là, toute la principauté fut magiquement avertie de ce curieux événement, et on enferma les sept nouveau-nés dans les profondeurs du Palais des Rêves, voulant éviter le pire. Ainsi vécurent les sept condamnés : Caïn, le bambin ayant la force brute de dix hommes; Ézéchiel, le jouvenceau à la peau de diamant; Isaïe, l’enfant pouvant matérialiser ses œuvres; Jézabel, la pucelle, maîtresse des quatre éléments; Élie, l’éphèbe aussi prompt et aussi agile que quiconque; Éva, la petite incarnant la vaillance, invocatrice innée et Abel, celui-qui-devra-apprendre. Chaque jour de leur misérable existence, on leur ressassait que l'extérieur de leurs cachots s'avérait être un danger continuel; un risque à ne pas prendre. On les privait de toute liberté, et on brimait chacun de leurs élans d'émotion. On leur ôtait littéralement l'enfance, égarant toutes chances de pouvoir être normaux… »


    Anti-départ
    « Abel… La vie ne se compte pas en respirations, mais bien en moments qui t'ont coupé le souffle. »

    « Ouais, ouais… C'est facile à dire quand on est libre. Toi, tu peux gambader tranquillement dans les prés sans te soucier du temps qui passe. Toi, tu peux respirer de la vraie air-fraîche, et non cette stupide odeur d'humidité. Toi, tu peux vivre comme bon te semble… Mais moi, c'est toute autre chose. Le moment le plus excitant de toute mon existence, c'est quand j'suis tombé dans les escaliers et que j'suis passé à un poil de mourir. Comme quoi... »

    « Alors, tu veux partir d'ici? »

    « Oh non, pas du tout! J'adore ma vie ici. Tu vois pas le merveilleux sourire qui orne mon visage? Tu le vois pas? Non, ne le cherche pas, parce qu'il n'y en a pas. Bien sûr que je veux partir de ce trou maudit. »

    « Donc, pars. »

    « C'est une bonne idée ça… Elle serait innovatrice si je n'y avais pas réfléchi environ soixante-quinze mille sept-cent quatre-vingt-treize fois avant… Tu crois que c'est facile de partir d'ici? J'aurais beau faire les yeux doux, essayer d'être furtif comme tout, mais je ne pourrai jamais. Y'a des gardes dans tous les coins, et ils se foutent tous que je me sente mal. Tout ce qui importe, c'est que je reste ici. Ils s'en foutent de mes émotions… »

    « Tu as réellement tout tenté? Tu as même demandé à quelqu'un qui pourrait t'aider à sortir de tout cela? »

    « J'ai supplié mes parents… J'ai tenté d'amadouer un garde… Les autres maudits… »

    « … »

    « Toi? »

    « Je pourrais en effet te faire sortir d'ici. À une seule condition. »

    « Sérieusement? Je pourrais faire n'importe quoi pour dégager de ma prison! »

    « Convainc-moi. Donne-moi cinq bonnes raisons de t'aider à partir. »

    « Eh bien… Un soupir s'échappa de sa bouche, suivi d'un silence marqué qui rendit les cachots encore plus froids qu'à l'accoutumée. Il reprit la parole. Je dois partir d'ici parce que je suis différent des autres. »

    « Élabore, Abel. »

    « Tous les autres maudits ont un talent. Ils ont tous un don, sauf moi. Élie est rapide, Isaïe peut faire vivre toutes ses peintures, Caïn est aussi puissant qu'un éléphant, etc… Moi, je n'ai ni faculté spéciale, ni caractéristique qui me différencie des autres. Mais je sais que j'ai du potentiel; je sais que je peux un jour devenir quelqu'un, et ce même si je suis tout à fait normal. Si je réussis à partir d'ici, je pourrais… Je pourrais exploiter tout ce potentiel qui est en moi et l'utiliser à des fins nobles. J'ai envie d'aider les gens et je sens que je pourrais le faire à l'extérieur. Mais j'ai besoin de m'épanouir, d'ouvrir mes ailes, de planer à mon propre compte… »

    « Pourquoi ne peux-tu pas t'épanouir ici? »

    « Comment peut-on être qui on veut quand toutes nos libertés sont brimées? Je vis coincé entre quatre murs de roche. Crois-moi, quand on vit dans une telle prison, on ne peut pas. C'est impossible. »

    « Considérons que cette première raison m'a convaincu. Continue. »

    « Je dois… Je dois partir parce que j'ai des ambitions. J'ai des rêves à accomplir, un monde à changer. Si je dois mourir demain, j'aimerais pouvoir le faire en sachant que j'ai accompli tout ce que je désirais dans ma vie. Je ne veux pas avoir de regrets, ni de culpabilité, ni de nostalgie… Je veux être fier de moi, c'est tout. Je rêve d'une famille, je rêve d'une femme, je rêve d'enfants qui courent dans tous les sens. Des enfants à qui je peux raconter une épopée… Une épopée qui se déroule à l'extérieur de ce foutu palais. Une épopée qui les rendra fiers à leur tour d'avoir un père comme le leur. Oui, j'ai des rêves. J'ai encore mon utopie à atteindre. »

    « Abel… Je suis certain qu'un jour tu pourras réaliser tes rêves. Pour l'instant, convainc-moi. »

    « Il ne me reste que trois raisons, donc… Bon. Tu vas probablement croire que cette raison est un peu stupide, mais elle m'est importante. On dit qu'en haut de nous, on y trouve des routes stellaires, une galaxie à perte de vue. Eh bien, j'ai toujours rêvé de m'y rendre. J'aimerais pouvoir y voyager, non seulement pour admirer les étoiles, mais aussi pour prendre un peu de temps pour oublier tout la souffrance que j'ai ressentie dans le passé. »

    « J'ai bien peur que ce motif ne soit pas suffisant, mon fils. »

    « Ce n'est pas suffisant? Comment ça ce n'est pas suffisant? Tu n'as jamais voulu quelque chose qui t'étais inaccessible? Tu n'as jamais convoité quelque chose que tu ne pouvais atteindre? Je suis certain que oui. Et je suis certain que tu te souviens de la sensation que ça fait, de ne pas pouvoir. Je sais que les cieux sont là quelque part, mais en restant ici, c'est impossible. Ce n'est pas seulement une question de routes stellaires ou de voyager pour le plaisir, c'est aussi une… métaphore. Une vie m'attend de l'autre côté de ses portes, une vie que je ne pourrai vivre si tu ne m'aides pas à partir. J'aimerais pouvoir voyager, atteindre des lieux jamais visités, explorer des contrées inconnues de tous. J'aimerais tant… Partir d'ici. Dégager. »

    « … Je comprends parfait. C'en est même troublant. Deux raisons restantes, alors. »

    « J'en sais rien. J'aimerais te voir à ma place, j'aimerais te voir ressentir tout ce que j'ai vécu. J'ai souffert, mentalement, physiquement, mais aussi émotionnellement. On m'a souvent raconté de grandes histoires d'amour, de grands moments de joie, mais tout ce que j'ai vécu ici, c'est des grands chagrins. Je ne suis pas heureux ici. »

    « C'est tout? Sache que tu n'as pas été le seul à souffrir dans toute cette histoire. Tous les autres maudits ont vécu la même situation que toi, et peut-être même dans des circonstances encore pires. Tu affirmes avoir vécu un martyr, mais qu'en est-il du mal des autres? Tu n'as donc d'yeux que pour ta propre petite personne? C'est comme ça que tu veux partir d'ici? Joyeux, mais en laissant les autres derrière toi sans ne rien dire? »

    « Les autres ont souffert… Je n'y avais jamais pensé. J'ai complètement été égoïste. »

    « … On oublie souvent que nous ne sommes pas les seuls à vivre des mésaventures, Abel. Mais un jour, la vérité nous frappe, et on se rend compte que, finalement, nous ne sommes pas uniques. Certes, nous sommes tous différents, mais à quel point? Au bout du compte, nous vivons toutes les mêmes tristes histoires, tous les mêmes chagrins et deuils qui font de nous des êtres vivants… Des êtres ayant un cœur qui pense. C'est ce qui nous différence des autres créatures, Abel. C'est ce cœur et ces sentiments qui font de nous des êtres différents. »

    « Si je ne réussis pas à te convaincre, au moins je pourrais me réconforter en me disant que j'ai grandi aujourd'hui. Et je t'en suis reconnaissant. Alors, si un jour je réussis à disparaître des profondeurs de ce château, crois-moi que je ferai tout pour faire sortir les autres, et pour les libérer de la malédiction qui pèse sur leurs épaules. Ce n'est pas une simple promesse, c'est une promesse venant de mon cœur. »

    « Alors, laisse-moi te faire sortir d'ici. »

    « Je… Quoi? Je ne t'ai convaincu qu'avec quatre raisons… »

    « Ce n'est pas la quantité qui compte, mais la qualité. Maintenant, suis-moi, on a un plan à préparer. »

    « … Merci. Merci des milliers de fois. »

    « C'est plutôt toi que tu devrais remercier, Abel. Moi, je ne suis que l'homme qui s'est soumis à ta persuasion… Maintenant, comme je t'ai promis de t'aider à sortir d'ici, je t'aiderai. Mais je me fais vieux, et j'ai bien peur de ne pas être capable de déjouer tous ces gardes. Mais je peux tout de même t'assister dans tes démarches. »

    « Seuls, nous ne sommes pas si puissants. Mais si on réunissait les dons de chacun des sept, peut-être pourrions-nous sortir d'ici plus facilement, non? Isaïe pourrait… »

    « C'est trop dangereux, mon fils. Vous êtes tous maudits, et tu sais très bien que si l'un de vous est blessé, tout le monde le sera par la suite. Nous ne pouvons… Tu ne peux te permettre de les laisser partir, libre contre les dangers qui courent à l'extérieur. Tu devras partir d'ici seul, sans leur aide et en les laissant derrière toi. Cependant, le jour où tu briseras la malédiction, tu pourras à ton tour les faire sortir de leur prison. Mais pas maintenant.. »

    « Tu as raison… Alors, comment on va faire pour dégager de ce trou? »

    « C'est à toi de me le dire, Abel. De quoi es-tu capable? »

    « Je n'en ai aucune idée. Je ne suis ni extrêmement fort, ni extrêmement rapide, ni magicien, ni invocateur. Je ne suis rien. Je n'ai pas de forces, mais j'ai mes faiblesses. »

    « Si tu ne peux pas sortir d'ici sans risquer ta vie, imagine ce que sera ton existence de l'autre côté des portes du palais? Tu dois trouver ta puissance avant de quitter, car sinon, tu périras et les six autres périront aussitôt. Réfléchis bien, mon fils, car les sables du temps s'écoulent lentement. »

    « Bien… Éva et Jézabel m'ont appris quelques trucs, mais rien de super. Mais j'ai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicdisney.forumactif.com
 
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: THIS IS A NEW START :: Les Éphémérides d'un Rongeur.-
Sauter vers: