Partagez | 
 

 Snow Villiers, le Blizzard épique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mérope&Ézéchiel
<34

avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Snow Villiers, le Blizzard épique   Sam 19 Mai - 9:51



Snow Villiers





Nom : Villiers.
Prénom : Snow.
Titre : Tempête hivernale.
Âge : Vingt-quatre hivers.
Camp : Shinra.
Monde d'Origine : Jardin Radieux.
Race : Humain.
Grade désiré : Au moins Seigneur (mais j'avoue viser Général).
La tempête hivernale
Quelque chose tombait du ciel, mais cette fois-ci, il ne s'agissait pas de cette pluie habituelle. Des lourds nuages qui luttaient pour s'imposer devant les rayons du soleil déferlait une averse de larmes glacées, une tempête de poudre angélique. Pourtant, après avoir hardiment bravé l'altitude, les flocons se laissaient lâchement périr lorsqu'ils entraient en contact avec le sol, s'éteignant en arrosant les rues de la Cité des Rêves. Certains disaient qu'on assistait à un miracle, d'autres à une offrande du Seigneur lui-même. Mais pour Snow, il ne s'agissait que d'une banale chute de neige, aussi inusitée soit-elle pour les croyants de Notre-Dame-de-Paris.

Le jeune homme était assis sur un banc de parc et, singulièrement impassible, il regardait la cathédrale d'un œil éteint. Pour tout dire, cette flamme qui scintille dans les yeux des êtres vivants paraissait s'être consumée dans le regard de Snow, comme si son visage avait été éternellement médusé. Quelque chose lestait sur ses épaules, mais lui-même n'arrivait à cerner les motifs exacts de son comportement. Peut-être était-ce la fatigue, le désespoir, le deuil, l'incompréhension... La séparation de son groupe d'amis, peut-être. La raison de cette séparation, fort probablement. Mais ses certitudes usuelles étaient dubitatives à cet instant précis, et il se contentait de contempler les horizons en inhibant ce qui semblait être une lueur de nostalgie.

De l'agglomération humaine qui marchandait sur la place de Notre-Dame se détacha un jouvenceau d'à peine dix ans. Son visage reflétait l'innocence enfantine et ses yeux, pourtant écarquillés et vivaces, témoignaient d'un sentiment d'abandon assez flagrant. Comme si son chemin était tracé depuis des années, il s'approcha de Snow, baissa timidement le regard et demanda d'une voix cristalline qui vint, malgré tout, parvint à surpasser la cacophonie ambiante.

« Monsieur, monsieur? »

Snow soupira interminablement. En temps normal, un chérubin esseulé au milieu d'une foule adulte l'aurait dérangé, mais son esprit était actuellement ailleurs, comme égaré dans les limbes de ses souvenirs lointains.

« Écoute gamin... C'est pas le moment. Va voir ailleurs, je t'en prie. »

Le garçonnet tenta de l'interloquer de nouveau, mais constatant que ce dernier ne semblait prêt à l'aider, il riva son regard contre le sol et resta immobile quelques secondes. Alors qu'une bourrasque de vent glaciale vint faire virevolter la tignasse dorée de Snow, celui-ci discerna une minuscule larme qui s'était immiscée dans l'iris du jouvenceau tomber tristement sur le pavé de la place Notre-Dame. Il fut, en toute évidence, tout de suite alarmé par la situation du garçon et tenta en vain de le retenir, ce dernier s'enfuyant au travers la population qui fourmillait un peu plus loin.

Par instinct, et surtout par orgueil, Snow se leva nonchalamment et se faufila au travers les gens. Bousculant involontairement la plupart des passants, il excusa à maintes reprises sa carrure d'authentique guerrier. Il chemina ainsi sans réellement savoir quelle direction prendre jusqu'à déboucher sur une ruelle un peu plus discrète, où il vit apparaître la silhouette du garçonnet. Ce dernier était accroupie sur le parquet d'une résidence, espérant patiemment qu'on vienne le secourir. Ses paumes étaient collées l'une contre l'autre, et à voir le mouvement incessant de ses lèvres, on pouvait aisément conclure qu'il priait. N'hésitant pas une seconde, Snow parcourut donc les derniers mètres qui le séparait du gamin et commença :

« Sèche tes larmes... Pleurer, c'est pour les filles. »

Cette remarque, basée sur un subjectivité presque machiste, fit sangloter le jeune garçon un peu plus qui, arrêtant de prier, enfonça son visage dans le creux de ses mains. Se rendant compte de l'absurdité de ses propos, Snow s'abaissa au niveau de son interlocuteur et se posa inconfortablement sur le parquet, tirant son interminable manteau ébène de façon à ne pas tremper ses pantalons. Cela fait, il retira doucement les mains du jouvenceau afin de voir son visage et s'excusa explicitement :

« Ce n'est pas ce que je voulais dire, gamin... Alors, pourquoi pleures-tu? »

Le garçon sembla soudainement rassuré, et une lueur d'espoir vint nuancer son regard. Il répondit :

« Je suis perdu. Je ne retrouve plus ma maison. »

Cette réplique, pourtant cliché dans le commun des mortels, fit sourciller Snow. Il ne comprenait pas comment un humain ne pouvait se souvenir du lieu dans lequel il a balbutié ses premiers mots, marché ses premiers pas, séché ses premières larmes... Lui-même, intrépide dans son enfance, n'avait jamais saisi la notion de s'égarer, ni même de ne point retrouver son chemin : il considérait le Jardin Radieux comme sa demeure élargie et l'avait exploré de fond en comble pour finalement en connaître la moindre de toutes les parcelles. Peut-être était-il esseulé dans sa téméraire audace d'exploration?

Mais Snow ne pouvait admonester le gamin dans de telles conditions. On pouvait observer dans ses yeux que le garçonnet était singulièrement décontenancé alors que des lueurs de mélancolie venaient se mêler avec quelques étincelles de réconfort lorsque son regard croisait celui de Snow. Ce dernier ne pouvait donc faire autrement que de porter secours à cette âme perdue, désolée, navrée. Après tout, c'est ce qu'il faisait le mieux.

« Tu ne te souviens vraiment pas par où aller pour retr-- »

« Non, mais par ici... »

Comme s'il s'agissait d'une évidence, le jouvenceau se leva difficilement et se mit à cheminer vers la place Notre-Dame. S'infiltrant au travers la foule qui ne cessait de s'accroître, ils franchirent ensemble la barrière humaine avant d'atteindre le portail de la cathédrale. Là, le gamin s'arrêta subitement, fit un signe de la croix et ferma les yeux. Snow, par respect, l'imita dans une gaucherie presque habile. Mais sa concentration, à cet instant précis, était totalement focalisée sur la magnificence du bâtiment. Comme quoi les hommes, lorsqu'ils ne font pas la guerre, s'unissent pour édifier des merveilles.

Le jeune garçon prit la main de Snow et l'entraîna délicatement dans la cathédrale. À l'intérieur, une atmosphère quiète, mais pourtant si synergique, y régnait. Les échos du chœur religieux réverbéraient splendidement sur les arcanes de l'église, transformant le vacarme musicale en une authentique symphonie céleste. À l'avant, un évêque, vêtu de l'accoutrement obligatoire des vicaires, fredonnait les chants, se fondant avec le long drap blanc qui recouvrait l'autel. S'il n'avait eu cette musique, un silence religieux aurait régné dans les lieux, et se serait éternisé jusqu'à ce qu'un homme de Dieu vienne annoncer la conclusion de la cérémonie.

Dans un macrocosme obstrué d'injustices inégales et d'inégalités injustes, tous étaient égaux, unis. Temporairement, certes, mais on pouvait toiser une symbiose particulière à l'intérieur de la cathédrale. Tous les croyants effectuaient les mêmes gestes dans un synchronisme harmonieux et ils paraissaient connaître la moindre syllabe de toutes les homélies psalmodiées. Sans exception, ils étaient tous revêtus d'un uniforme des plus rupins, à un tel point que l'impécuniosité des plus démunis ne transparaissait pas dans leur apparence. Parce que pour Dieu, les différences disparaitraient. Parce que pour Dieu, on ne formerait qu'une grande entité. Parce que pour Dieu, on adulerait nos ennemis. Pour Dieu, les plus fidèles auraient tout fait.

Snow fut tiré de sa rêverie lorsque le gamin lui grimpa littéralement sur le corps et tira brusquement sur le pendentif argenté qui trônait sur son cou. Lorsqu'il fut satisfait de la concentration de son interlocuteur, le garçonnet lui murmura :

« Dieu se rappelle du chemin vers ma maison, Lui. »

Snow ne savait pas s'il devait être touché ou bouleversé par les mots du jouvenceau. Étaient-ils tous si dévoués à une entité pourtant si inatteignable? Comment pouvait-on ériger ses convictions et ses valeurs en fonction d'un être qu'on ne verra jamais? Il n'en avait aucune idée, mais cette dévotion inconditionnelle l'impressionnait.

D'un ton placide et égal, Snow s'accroupit et répondit au jeune garçon, qui priait :

« Et il te dit que c'est par où? »

« Qu'il faut que je suive mon cœur; que c'est lui que je dois écouter. »

Le duo d'infortune resta silencieux un moment, alors que Snow brisa la quiétude :

« Et ton cœur, il te dit que c'est par où? »

« Il me dit de demander à Dieu. »

Snow laissa échapper quelques rires indiscrets qui vinrent se perdre dans les viscères musicales. Décidément, il s'agissait d'un cercle vicieux, d'un cycle impénétrable. Il préféra donc opter pour une solution plus prompte et plus efficace. Ainsi, espérant la fin de l'imploration du jouvenceau, il fit à son tour mine de demander conseil au Seigneur et, cela fait, il empoigna le garçonnet et le prit dans ses bras. Snow le rassura :

« Allez, viens. Dieu vient de me dire que c'est par là. »

Ensemble, ils abandonnèrent derrière eux la cathédrale de Notre-Dame de Paris et pénétrèrent l'agglomération humaine. N'hésitant pas une seconde, Snow se mit à solliciter l'aide de tous les passants en leur demandant s'il connaissait les parents de ce bout d'homme. Comme il s'y attendait, personne ne répondit positivement à son appel d'infortune. Il fut dès lors contraint de se résigner à cette idée et de reprendre place sur un banc qui ceinturait la rue pavée. Il installa le gamin sur ses genoux, le berça un peu et le déposa tranquillement à ses côtés. Il eut envie de le réconforter, mais une force surnaturelle empêcha ses cordes vocales de vibrer en toute liberté. Peut-être que, dans cette situation, le silence était de mise?

Pour tout dire, Snow n'était pas accoutumé à l'accalmie et à la stagnation des habitants de la Cité des Rêves. Il prônait l'action en tout cas et, ne réfléchissant qu'une fois après avoir agi, il ne pouvait s'adapter à ce monde serein où on dévouait presque l'intégralité de son esprit à Dieu. Tout était fortement réglementé non seulement par une législation, mais aussi par des commandements divins. Peut-être généralisait-il l'état de Notre-Dame de Paris, mais ses premières impressions le laissaient irrésolu.

Extirpé de sa réflexion par des jérémiades incessantes, Snow balaya machinalement les horizons du regard. À ses pieds, un mendiant, vêtu d'un amas de tissus délabrés par le temps, quémandait pitoyablement pour un peu d'argent. Son corps en entier était souillé et maculé de terre et de poussière, et émanait de chacun de ses membres une odeur fétide qui vint agacer l'olfaction de Snow. Ce dernier se recula un peu, entraînant le jouvenceau à faire de même, et fit mine de ne rien avoir distingué. Sa comédie était visiblement dénuée de subtilité et d'authenticité, mais, dans son désir de conserver les quelques crédits qu'il avait pour lui, espérait.

Ce fut le jeune garçon qui fut le premier à réagir véritablement, en exposant le contenu de ses poches. Il donna au mendiant un morceau de pain fort probablement chanci, mais le quémandeur accepta l'offrande avec grande satisfaction. Le gamin se retourna vers Snow, et lui demanda de sa voix usuellement insouciante :

« Tu n'as vraiment rien à lui donner? »

Snow baissa le regard. Lui-même, même s'il portait des vêtements convenables et ne faisait pas preuve d'insalubrité, n'était pas particulièrement nanti. Il peinait à subsister dans la masse, accomplissant des tâches que la Shinra lui concédait parfois. Cependant, voir qu'un gamin évoluant probablement dans une pauvreté inadmissible donnait à un plus démuni quelque chose pour survivre quelque jours de plus le bouleversa. Le perturba. Le déconcerta. Mais curieusement dans le bon sens des termes.

Il fouilla le contenu de son long manteau, puis de ses pantalons amples noir de jais. Il récupéra quelques crédits qui traînaient et les donna sans trop de réticence ou de vacillation. Lorsqu'il put contempler le visage du mendiant s'éclaircir, comme s'il venait d'assister à un prodige divin, Snow comprit que c'était la moindre des choses. Il n'avait pas l'habitude de ne pas porter secours à ceux qui en avaient besoin, et il se sentit mieux ainsi. Alors que le quémandeur se frayait un chemin dans la foule, s'estompant lentement, Snow passa son bras autour du jouvenceau et lui dit d'une voix vraie :

« Merci. Merci, gamin. »

Le garçon ne répondit que par un gémissement approbatif qui vint pincer les lèvres de Snow. Pendant ce temps, mine de rien, le soleil commençait à s'épuiser, et on le voyait effectuer tranquillement sa descente. La voûte spatiale s'obscurcissait à chaque seconde, alors que les nuages prenaient des teintes de plus en plus inquiétantes. La neige perpétuait néanmoins sa chute, donnait aux rues de Paris cet aspect mystique et brillant. Mais pourtant, les compagnons de choc ne présentaient aucun signe d'urgence, comme s'ils avaient compris que le temps allait bientôt résoudre tous les problèmes...

Le gamin se retourna aussitôt, et sans attendre une seconde de plus, il se questionna. Dans sa voix, on ne ressentait plus le chagrin, ni même l'abandon; elle avait repris une teinte neutre, presque réconfortée :

« Tu fais quoi dans la vie? »

« Moi? Rien d’impressionnant... »

Le visage du jeune garçon se nuança de déception et de désappointement. Décidément, il espérait que son interlocuteur ne soit pas comme les autres. Snow se rendit compte de son erreur, et ne voulant pas attrister ou désenchanter le jouvenceau qui, incroyablement, avait presque omis sa perdition personnelle, il leva les yeux vers le firmament et pensa quelques secondes. Ses idées se bousculèrent temporairement, et il s'arracha de ses propres pensées en rectifiant simplement :

« Rien d'impressionnant en effet... Je suis un pirate. »

Le regard du gamin prit cette fois-ci les couleurs de l'effroi et de la peur. Snow perpétua :

« Un gentil pirate. Je cherche des trésors et je les donne aux pauvres. »

« Tu aides les familles comme la mienne? »

Snow acquiesça allègrement et serra le garçon un peu plus fort. Depuis son entrée à la Shinra, il se sentait spécialement esseulé. Il avait quitté ses anciens compagnons, et ses actuels collègues étaient tous beaucoup trop froids, ou encore beaucoup trop professionnels. Ils œuvraient tous pour Rufus, sans trop véritablement se demander avec qui ils labouraient. Et Snow était donc laissé à lui-même, et il n'était pas adapté à ce genre de circonstances. Involontairement, le jouvenceau jouait momentanément un rôle-clef dans sa réjouissance personnelle et, sans trop s'en rendre compte, Snow tirait avantage de cette situation pourtant inopinée. Peut-être était-ce un coup du hasard, ou une fatalité du destin, mais ça, seul Dieu le savait.

Snow fit signe à son interlocuteur de le suivre, et comme par automatisme, le garçonnet lui prit tranquillement la main. Côte à côte, ils cheminèrent ainsi sans trop savoir la bonne direction. Ils parcoururent une multitude de ruelles, aussi exiguës les unes que les autres, tout en toisant avec admiration l'architecture presque magique de la Cité des Rêves. Tous les bâtiments semblaient avoir été pensés par des fées, puis édifiés par des doigts de lutins. Les couleurs s'harmonisaient avec un idéalisme marqué avec le ciel et la végétation, donnant à la grande ville une apparence unitaire. Combinés avec la population grouillante, mais ô combien pacifique, on avait l'impression de vivre dans l'univers des songes.

Ils atteignirent ultimement une place semblable à celle qui était dressée devant la cathédrale de Notre-Dame de Paris, mais où on avait érigé un marché temporaire. Ici, enfants et adultes se côtoyaient et les hommes venaient négocier pour se procurer un peu de pain pour nourrir leur famille. Les demoiselles et les jeunes filles, quant à elle, avaient installé de grands étaux sur lesquels étaient posés des étoffes de toutes sortes. Snow fut immédiatement émerveillé par la vénusté des lieux, alors que le jouvenceau, lui, contemplait avec indifférence.

« Tu as faim? »

« Un peu. »

Snow s'approcha d'une boutique au hasard et dilapida ses derniers crédits dans un morceau de pain qu'il vint donner au jeune garçon. Alors que ce dernier était sur le point de le prendre et le de diviser pour le partager, un homme, svelte et preste, s'interposa entre les deux corps, subtilisa le pain et perpétua sa course vers une ruelle étroite. Snow empoigna l'enfant et le prit dans ses bras avant de s'élancer aux trousses du resquilleur.

Le voleur était lui-même très habile et véloce. Il se mouvait à des vitesses vertigineuses et Snow peinait à rester à une distance acceptable. Dans un élan de stratégie, il focalisa toute son énergie mystique dans le creux de sa main et la relâcha subitement. Devant le filou, le sol se gela instantanément. Comme prévu, l'homme y glissa et trébucha avec violence contre le sol. Au loin, on le vit tenter de se relever, mais son visage reflétait la souffrance et une douleur irrévocable. Snow tira avantage de sa position de force pour raccourcir la distance qui les séparait du resquilleur. Le gamin se libéra sa délicate emprise et vint reprendre son morceau de pain en se moquant de l'arroseur arrosé. Il reprit place aux côtés de Snow, fièrement.

Mais alors, le voleur se remit sur pieds et, tentant le tout pour le tout, chargea contre Snow. Son accélération, nonobstant sa blessure imprévue, était faramineuse, et il atteignait des vitesses presque surhumaines. Néanmoins, au moment où l'homme entra en contact avec Snow, ce fut lui qui fut propulsé lourdement dans les airs avant de s'effondrer une bonne fois pour toutes contre le pavé tremée de la ruelle. Satisfait, mais ne voulant pas compromettre l'intégrité du garçon sous sa charge, Snow abandonna le voleur derrière lui en empruntant un véritable dédale de rue aux travers la Cité.

Le gamin dévia sa trajectoire et se posa confortablement sur un énième banc. Il invita Snow à le rejoindre, mais ses paroles furent brisées par un bâillement des plus intenses. Snow n'en porta pas trop longuement attention, mais ce fut le jeune garçon qui en fit aussitôt référence en s'avachissant contre le siège :

« Bon, je suis fatigué. Je retourne chez moi. »

Snow se gratta la tête, en signe d'incompréhension, et s'approcha du quidam.

« Mais tu ne sais pas où tu habites, comment tu feras pour -- »

« Si. Je t'ai menti. J'avais envie de m'amuser. Au revoir, monsieur. »

Le gamin se releva d'un bond et s'approcha de Snow. Il lui caressa la jambe comme si son existence en dépendant et relâcha subitement son étreinte. Il ne laissa même pas le temps à son compagnon d'articuler la moindre syllabe qu'il avait déjà quitté les lieux et emprunté un chemin au hasard parmi l'authentique labyrinthe que formait Paris. Mais, déterminé à lui faire ses adieux et à comprendre le comportement du bout d'homme, Snow tenta de le suivre, lentement, mais sûrement. Il ne connaissait pas la ville comme le garçon le connaissait, mais faisait de son mieux pour suivre ses traces.

Il déboucha finalement dans un quartier résidentiel plus cossu où y était bâtie, étrangement, une chaumière en ruines. Il vit le gamin baisser le regard, puis pénétrer la demeure sans la moindre marque de joie ou d'exultation. Non, il semblait plutôt fortement chagriné, mais ses yeux, à mi-clos, peinaient à rester ouverts. Ses paupières calfeutraient de plus en plus sa vision, et ses soupirs de lassitude commençaient à devenir de plus en plus fréquents. Ainsi, par curiosité, Snow s'approcha de la résidence, tout en tentant de ne pas être vu par le jouvenceau, et s'approcha de l'une des fenêtres, à moitié fracassées, pour mieux voir.

À l'intérieur, il vit le garçonnet, dans un coin de la maison, à pleurer et à implorer les cieux. Sa mère, un peu plus loin, tenait dans ses mains une longue perche de métal dont la pointe était écarlate comme si on l'avait longuement déposée dans un brasier ardent. Le visage de la matrone reflétait une ire indubitable et elle s'avançait périlleusement de son fils. Elle apposa, sans même tituber, la pointe sur le bras du jouvenceau, qui se mit à sangloter de plus belle. La mère, quant à elle, continuait de hurler et de vociférer des injures et des mots qui vinrent heurter violemment Snow. Même après ça, la colère de la dame ne semblait à peine apaisée : elle dégaina une étrivière et martela l'enfant de plusieurs coups de fouet.

Quelque chose tombait sur le sol, mais il ne s'agissait pas de la pluie qui s'infiltrait des vestiges du toit. Cette fois-ci, il s'agissait d'un liquide carmin qui émanait du jeune garçon. Snow, un peu plus loin, regardait la scène, impuissant, et voulut agir pour contrer la situation, mais bizarrement, il semblait hésiter. Poussé par sa volonté, il prit finalement l'initiative d'entrer insidieusement dans la demeure et de bousculer sans retenue la mère. Cette dernière tomba contre le sol et, comme épris d'une démence singulière, il la frappa à moult reprises. Était-ce là la scène d'une réelle vengeance?

Lorsque la dame eut arrêté de se débattre, elle essaya de ramper jusqu'à la porte. Dans le coin de la demeure, le garçon pleurait et, les mains collées l'une contre l'autre, il priait. Sans trop se demander pourquoi, Snow s'adossa contre le mur et se laissa tomber. Ses mains obéirent à une force surnaturelle et il serra les poings ensemble. Et pour la première fois de toute son existence, il se mit à prier pour un miracle qui ne surviendrait jamais, pour une entité qu'il ne pourrait jamais rencontrer et pour une raison qu'il ne découvrirait jamais.

Interrogations diverses

1) Votre personnage est-il capable d’aimer, d’avoir une relation ? Oui.
2) Si l’esprit de votre personnage s’incarnait en un animal mythologique ou chimérique ou réel (nuances acceptées). Que serait-il ? Un ours.
3) Qu’en est-il de la fidélité et de l’esprit de camaraderie de votre personnage ? Fidèle envers ceux qui méritent sa confiance.
4) En vue de votre race, quand pouvez-vous dire que votre personnage a forgé une amitié. Citez quelques unes de vos relations amicales. Voir ce test rp, entre autres.
5) Quelle est la devise de votre personnage ? S'il y en a plusieurs, donnez les toutes. « Les héros ne meurent jamais. »
6) Vis à vis de votre façon d'écrire, quels sont vos points fort et points faibles? Actuellement, j'ai un gros point faible : je suis rouillé.
7) Pourquoi incarner ce personnage ? Un ancien projet que j'ai voulu concrétiser.



Dernière édition par Mérope&Ézéchiel le Jeu 5 Juil - 14:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicdisney.forumactif.com
Mérope&Ézéchiel
<34

avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Re: Snow Villiers, le Blizzard épique   Dim 20 Mai - 19:49

    Snow Villiers

    Force : 42
    Défense : 58
    Magie : 15
    Psychisme : 0
    Vitesse : 0
    Dextérité : 5
    Symbiose : 0

    Général : 120 PS offerts - 100 compétences offertes, dont 15 Hors Statistiques.
    60 compétences utilisés + 35 [HS de rang 5] + 5 [HS de rang 2] = 100

    Compétences Physiques :

    Rang 01
  1. Coup Simple : Actif. Frappe de base, permet à l’utilisateur de porter un coup à l’aide de son arme habituelle à une vitesse normale. For : 1
  2. Coup Rapide : Actif. Frappe de base, permet à l’utilisateur de porter un coup à l’aide de son arme habituelle à une vitesse rapide, mais avec moins de puissance. For : 1.
  3. Coup Lent : Actif. Frappe de base, permet à l’utilisateur de porter un coup à l’aide de son arme habituelle à une vitesse ralentie, mais avec plus de puissance. For : 1.
  4. Combo : Passif. Permet à l’utilisateur d’enchaîner plusieurs coups. Les coups ne peuvent être de natures différentes. For : 3
  5. Coup de Zone : Actif. Permet à l’utilisateur de porter un coup tout autour de lui dans un périmètre restreint. For : 4.
  6. Combat rapproché : Passif. L’attaquant peut se battre sans armes, mais de manière légère. For : 5.
  7. Percée : Actif. L’attaquant peut briser la garde de l’adversaire si son attaque est supérieure à la défense de l’adversaire. For : 4.

    Rang 02
  8. Combo Break : Passif. Permet à l’utilisateur d’enchaîner sans temps d’arrêt des coups de différentes vitesses. For : 10.
  9. Combo Aérien : Passif. Permet à l’utilisateur d’effectuer des attaques physiques dans les airs. For : 9.
  10. Coup de Zone Aérien : Actif. Permet à l’utilisateur de porter un coup tout autour de lui dans un périmètre restreint, et ce dans les airs. For : 10.
  11. Enchaînement de Zone : Passif. Permet à l’utilisateur d’enchaîner deux coups de zone à la suite. For : 11.
  12. Close-combat : Actif. L’attaquant, à la fin d’un combo concentre sa force et frappe violemment la cible. For : 8.
  13. Initié : Passif, nécessite Combat Rapproché. L’attaquant peut se battre avec aisance sans ses armes. For : 13.
  14. Surpassement : Passif. Augmente grandement la puissance des attaques physiques en cas de danger. For : 15, Def : 5.
  15. Charge brute : Actif . L'utilisateur peut se propulser sur l’ennemi, la vitesse et la violence de l’attaque dépendent de la vitesse de l’utilisateur. For : 20

    Rang 03
  16. Catapultage : Actif. Permet à l’utilisateur d’envoyer son adversaire dans les airs. For : 30.
  17. Frappe Glaciale : Actif. Permet à l’utilisateur d’effectuer une frappe de glace. For : 25, Mag : 7 [HS]
  18. Indépendance : Passif, nécessite Initié. L’attaquant peut se reposer entièrement sur la force pure. For : 33.
  19. Explosion : Actif. L’attaquant, à la fin d’un combo, crée une attaque circulaire à puissance contondante qui expulse les adversaires à proximité. For : 31.
  20. Technique de la paume : Actif. Nécessite Indépendance. L’attaquant peut repousser les techniques directes de feu, d’eau, et des éléments avec un minimum de consistance d’un coup de paume. For : 34.
  21. Frappe de Zone : Actif. Nécessite Coup de Zone. Permet d’augmenter le périmètre d’attaque. For : 30.
  22. Enchaînement de Zone Aérien : Passif. Permet à l’utilisateur d’enchaîner deux coups de zone aériens à la suite. For : 27.

    Rang 04
  23. Coups très rapides : Actif, Nécessite Coup rapide et Combo. Permet à l'utilisateur de porter des coups à une vitesse hallucinante, à peine discernable. Cependant, la puissance n'en est que diminuée. For : 42.

    Compétences Magiques :

    Rang 01
  24. Glacier : Actif. Permet à l’utilisateur de lancer un sort de glace. Mag : 4
  25. Air: Actif. Permet à l’utilisateur de lancer un sort de vent. Mag : 4
  26. H²O : Actif. Permet à l’utilisateur de lancer un sort d’eau. Mag : 4
  27. Soin : Actif. Permet à l’utilisateur de soigner de très légères blessures. Mag : 5.
  28. Etoiles D’Hiver : Actif. L’utilisateur fait tomber de la neige moins solide que la glace mais beaucoup plus rapide. Mag : 5. Le posséder empêche l'obtention de la série "Glacier".
  29. Sonar : Passif. Permet de sentir la présence de quelqu'un sur un périmètre très restreint, environ 5 mètres. Mag : 8

    Rang 02
  30. Glacier + : Actif. Nécessite Glacier. Permet à l’utilisateur de lancer un sort de glace légèrement plus puissant. Mag : 15.
  31. Air + : Actif. Nécessite Air. Permet à l’utilisateur de lancer un sort de vent légèrement plus puissant. Mag : 15.
  32. H²O + : Actif. Nécessite H²O. Permet à l’utilisateur de lancer un sort d’eau légèrement plus puissant. Mag : 15.
  33. Soin + : Actif. Nécessite Soin. Permet à l’utilisateur de soigner de légères blessures. Mag : 17. [HS]
  34. Étreinte Glacial : Actif. Nécessite Glacier. Permet à l’utilisateur d’immobilisé brièvement son adversaire dans de la glace facilement cassable. Mag : 19 [HS]
  35. Sondage : Passif, Nécessite Sonar . Permet de sentir la présence de quelqu'un sur un périmètre restreins, environ 20 mètres. Mag : 15

    Rang 03
  36. Glacier ++ : Actif. Nécessite Glacier +. Permet à l’utilisateur de lancer un sort de glace plus puissant. Mag : 30. [HS]
  37. Air ++ : Actif. Nécessite Air +. Permet à l’utilisateur de lancer un sort de vent plus puissant. Mag : 30. [HS]
  38. H²O ++ : Actif. Nécessite H²O +. Permet à l’utilisateur de lancer un sort d’eau plus puissant. Mag : 30. [HS]
  39. Dôme : Actif. Crée un dôme avec un élément, toucher les parois du dôme peut être douloureux en fonction de l’élément. Mag : 36. [HS]
  40. Morsure Du Froid : Actif. Nécessite Etoiles D’Hivers. La neige est cette fois plus dense et tombe en plus grande quantité. Mag : 29. [HS]

    Rang 04

    Rang 05
  41. Le Grand Nord : Passif. Permet à quiconque possédant cette compétence de pouvoir contrôler les deux séries de glace, Glacier et Etoile d'Hiver. Mag : 80 [HS+]

    Compétences Défensives :

    Rang 01
  42. Parade : Actif. Permet à l’utilisateur de bloquer un coup à l’aide de son arme. Def : 2.
  43. Endurance : Actif. Permet de rester stoïque pendant une minute. Def : 3.
  44. Provocation : Actif. L'utilisateur invite les ennemis à l'attaquer, cela ne marche que pour les monstres. Def : 8

    Rang 02
  45. Concentration : Actif. Augmente la résistance aux dégâts physiques et soigne légèrement tant que l’utilisateur reste passif. Def : 14.
  46. Contrecoup : Actif. Nécessite Parade. Permet de repousser le coup de l’adversaire et de briser sa garde. Def : 9.
  47. Détermination : Actif. Nécessite Endurance. Permet de rester stoïque pendant trois minutes. Def : 13.

    Rang 03
  48. Anticipation : Actif. Permet d’anticiper et d’arrêter le prochain coup de l’adversaire. Def : 27.
  49. Foi : Actif. Nécessite Détermination. Permet d’oublier la douleur des blessures reçues. Def : 28.
  50. Contrôle : Passif. Le défenseur peut garder son sang-froid et résister à la provocation. Def : 24.

    Rang 04
  51. Courage : Passif. Nécessite Foi. La constitution et le corps s’adapte à la situation et permet une meilleure résistance. Def : 58.
  52. Sans Limites : Passif. La défense augmente grandement en cas de danger. Def : 47.

    Compétences Psychiques :

    -

    Compétences de Vitesse :

    Rang 01
  53. Glissade : Actif. Permet à l’utilisateur de glisser brièvement sur le sol pour se mouvoir rapidement. Vit : 5 [HS]
  54. Glissade Aérienne : Actif. Permet à l’utilisateur de glisser brièvement dans les airs pour se mouvoir rapidement. Vit : 5 [HS]
  55. Sprint : Actif. Permet à l’utilisateur de courir plus rapidement sur une courte distance. Vit : 3 [HS]
  56. Judoka : Actif. Vous saisissez votre adversaire et le jetez au sol en usant tout votre poids et votre adresse. Vit 5, Dex 10 [HS]

    Rang 02
  57. Ruée : Actif. Permet à l’utilisateur de se rapprocher rapidement d’un ennemi. Vit : 10. [HS]
  58. Repli : Actif. Permet à l’utilisateur de s’éloigner rapidement d’un ennemi. Vit : 11. [HS]

    Compétences de Dextérité :

    Rang 01
  59. Roulade : Actif. Permet à l’utilisateur d’effectuer une roulade pour esquiver une attaque. Dex : 3
  60. Judoka : Actif. Vous saisissez votre adversaire et le jetez au sol en usant tout votre poids et votre adresse. Vit 5, Dex 10 [HS]

    Rang 02
  61. Saut de l’Ange : Actif. Permet à l’utilisateur de ralentir sa chute lors d’un saut. Dex : 17. [HS]

    Compétences de Symbiose :

    -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicdisney.forumactif.com
 
Snow Villiers, le Blizzard épique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Audition Snow Villiers ET Vanille
» Pique aiguilles Subonnet
» pique-aiguille - recyclage de cd ;)
» Arno pique rouge, T5, l'ogresse ?
» Tuto Tomate pique -aiguilles .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: THIS IS A NEW START :: Les Histoires Enneigées-
Sauter vers: