Partagez | 
 

 L'Aube de la veuve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mérope&Ézéchiel
<34

avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: L'Aube de la veuve   Sam 23 Juin - 11:26

    « Et tu fais quoi dans la vie? »

    La voix de l'homme vint faire frémir Snow, qui n'avait prononcé le moindre mot depuis le début du périple. Machinalement, il se redressa, et sans trop se concentrer sur sa réponse, il étala d'un ton qui démontrait clairement une certaine lassitude :

    « Je travaille pour la Shinra. »

    « Tu travailles pour le réseau de transport le plus réputé et tu empruntes un vaisseau aussi... miteux? »

    « C'est pas comme si le confort était essentiel. »

    « Si tu le dis. »

    Un silence vint planer dans le taxi spatial, avant d'être inopinément fracassé par le même homme.

    « Et tu vas où? »

    « À la Cité du Crépuscule. »

    « Faire quoi? »

    « Secret professionnel. »

    « Si tu le dis. »

    Peut-être était-ce parce que ce voyage semblait interminable et qu'une certaine fatigue s'emparait de Snow, mais ce dernier éprouvait un certain plaisir à ouïr et à répondre aux interrogations de son interlocuteur, même qu'il eut l'idée, à son tour, de discourir avec lui. Après tout, le véhicule allait encore gambader dans l'océan stellaire pendant quelques minutes :

    « Et toi, où tu vas?

    « À la Cité du Crépuscule également. »

    « Secret professionnel? »

    « Ouais. »

    « ... Si tu le dis. »

    Même jeu : la quiétude vint reconquérir l'intégralité du véhicule, avant d'être submergée par la voix de l'homme.

    « La Shinra, c'est toujours ce que tu as voulu faire? »

    « C'est-à-dire? »

    « Ta vie actuelle, c'est l'accomplissement d'une ambition ou un coup du destin? »

    « Les deux, je pense bien. J'ai toujours voulu changer le monde. Mon plus grand rêve a et sera toujours de devenir un héros. »

    « C'est pas... un peu enfantin? »

    Ces quelques mots vinrent heurter l'orgueil de Snow, qui rétorqua par impulsion :

    « Pas du tout. Je veux simplement aider ceux qui doivent être aidés, détruire ce qui doit être détruit, rétablir ce qui doit être rétabli et mettre en paix ce qui doit être mis en paix. »

    « J'ai rencontré un jour un gars qui aspirait aussi aux mêmes trucs que toi... Zack, il me semble. »

    « 'Connais pas. »

    « Enfin bref, tout ça pour dire que t'as pas choisi la bonne profession pour atteindre ton rêve. Lui, au moins, avait déjà en tête de se diriger vers le Colisée et devenir apprenti auprès de la créature qui sert d'entraîneur. »

    « La Shinra est-- »

    « Sauf ton respect, la Shinra n'est rien d'autre qu'une machine à faire des munnies. »

    Ces syllabes vinrent frapper Snow, directement au cœur cette fois. Il se sentit presque propulsé vers l'arrière.

    « C'est vraiment comme ça que tu perçois la Shinra? »

    « T'as déjà vu Rufus Shinra faire quelque chose de bien gratuitement? Et j'ai entendu dire au travers les branches que ce n'était pas le patron le plus... clément. Enfin, je suppose qu'il n'aspire qu'à la prospérité, au pouvoir et à la domination. »

    « J'en sais rien... Ce qui importe, c'est que je puisse aider les gens... »

    « Avec la Shinra? Comment, dis-moi? »

    « Secret professionnel... »

    « Si tu le dis. »

    Nettoyer et réparer un monde qui n'est habité que par des sans-cœurs et des similis, chercher un malade en plein cœur des Jardins Radieux afin d'en inventer un remède... et de le revendre à des prix ridiculement élevés, peut-être? Cet inconnu venait mettre un doute dans l'esprit de Snow, qui ne parla plus du reste du voyage. Lorsque le vaisseau termina son errance dans l'océan stellaire, il abandonna le véhicule sans ne rien ajouter que de misérables adieux.

    Mine de rien, s'il était venu à la Cité du Crépuscule, c'était pour la Shinra. Et toute cette histoire ne devait interférer dans l'accomplissement de sa tâche qui, dans le cas actuel, était d'effectuer un tour de ronde près des quartiers généraux de la Coalition afin d'expliquer l'absence marquée du groupuscule depuis quelques semaines. En effet, si le groupe venait à être dissout ou à lancer un assaut général sur les mondes, la Shinra serait directement affectée. Ainsi devait-il faire preuve d'une discrétion et d'une subtilité légendaires -deux qualités qui lui manquaient- afin de ne pas être discerné par quelconque membre de la Coalition.

    La tête chamboulée par les dires de l'inconnu, il chemina donc dans l'agglomération urbaine sans trop se demander quelle direction il devait prendre même si, inconsciemment, il se dirigeait vers la gare du crépuscule. Malgré tout, comme à l'accoutumée, ses poings étaient serrés sur le côté de son corps et ses muscles gonflés par l'ardeur, prêts à parer n'importe quelle offensive.

    Alors que pour Snow le silence était devenu usuel dans les ruelles de la ville, des bruits métalliques vinrent réverbérer sur les parois des hauts bâtiments, accompagnés de quelques gémissements. Intrigué, et surtout stimulé par son devoir, il tenta d'atteindre la source de tous ces sons, ce qu'il fit en moins de quelques minutes. Lorsqu'il déboucha sur une rue exigüe et curieusement plongée dans les ténèbres, il aperçut au loin deux quidams qui s'évertuaient contre un groupe de sans-cœurs. De cette distance, Snow ne pouvait savoir s'ils couraient un grave danger, ou si le combat était mené avec une facilité remarquable, mais peu importe, il s'avança en leur direction, les mains positionnées devant son visage embrasé.

    Avant même que le Blizzard épique n'ait pu apparaître dans le champ de vision du duo, les rangs obscurs avaient été presque tous triomphalement décimés par ceux-ci (ceux-ci étant une jeune femme aux cheveux d'un bleu océan mais au regard enflammé et un garçon qui était doté d'une chevelure argentée singulière). Les deux portaient dans leurs mains une énorme clef qui leur servait d'arme : deux porteurs de la keyblade, semblait-il.

    Porté par un élan prompt qui lui fit presque oublier sa mésaventure dans l'espace profond, Snow chargea sur l'ultime sans-cœur et le fit valser dans l'éther. L'impact fut si brutal que la créature n'eut même pas besoin d'attendre d'atteindre le sol pour se désintégrer dans une explosion lumineuse d'un noir de jais. Comblé par son entrée en force, Snow relâcha la tension dans ses mains, balaya les lieux du regard et s'approcha du duetto qui, lui aussi, commençait à poser les armes. Comme s'il s'agissait de connaissances, il les interpella :


    « Désolé de ne pas avoir intervenu avant. Je viens tout juste d'arriver. »

    Lança-t-il en ponctuant sa phrase d'un rire navré.

    « C'est bien rare de croiser deux porteurs de la keyblade au même endroit... Peut-être un peu moins dans un monde aussi hostile, mais bon. »

    Alors qu'il terminait sa réplique, un sans-cœur, tonnant un cri strident, émergea du néant et vint bondir sur le dos de Snow. Automatiquement, ce dernier se mit à faire quelques tours sur lui-même, cherchant activement à se débarrasser de la petite bête. Il recula donc brusquement de façon à entrer en contact avec un mur. Sous la puissance du choc, le sans-cœur lâcha son emprise et s'écroula sur le sol. Snow mit terme à ses souffrances alors qu'un geyser de glace vint se heurter contre la tête de l'armure ébène.

    « ... Les sans-cœurs sont en nombre ici, continua-t-il en reprenant lentement son souffle. Et quel imbécile! j'ai oublié de me présenter : je suis Snow Villiers, général de... de la Shinra. Je suis prêt à offrir mon aide en cas de problèmes... J'ai été conçu pour aider. »

    En bonne et due forme, Snow tendit la main à ses interlocuteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicdisney.forumactif.com
Mérope&Ézéchiel
<34

avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Re: L'Aube de la veuve   Lun 25 Juin - 15:20

    Il ne ressentait aucune animosité apparente chez ses interlocuteurs. Un sentiment de presque confiance émanait de leur âme. Décidément, Snow pouvait presque certifier que leurs intentions étaient pures, et qu'ils n'appartenaient à aucun groupuscule à tendance hostile. Peut-être ressentait-il un peu plus d'aversion chez le jeune homme à la chevelure argentée, mais il ne ressentait pas le besoin de demeurer prudent ou d'être à l'affût d'un quelconque assaut.

    « Enchantée monsieur Villiers, entama la demoiselle d'un ton à l'image de l'impression que Snow avait pour elle. Je suis Maître Aqua. Et voici mon partenaire, Riku. Nous sommes en mission pour la Lumière. Merci pour votre aide, mais nous ne pouvons nous attarder plus longtemps. »

    Bien qu'il n'avait jamais entendu le nom de l'une ou de l'autre, Aqua et Riku lui inspiraient confiance et loyauté. Elle, en plus d'être porteuse, était maître de la Keyblade, ce qui laissait comprendre qu'elle œuvrait probablement aux côtés de l'illustre Yen Sid, mais Snow n'osa pas trop avancer le sujet. Quant à son partenaire, Riku, Snow ne put ni tenter de percer son esprit, ni daigner d'en apprendre davantage à son sujet, car au moment où il avait prit l'initiative d'ouvrir la bouche, il fut interrompu par la même voix féminine :

    « Tâchons de trouver un endroit sûr avant que d'autres n'arrivent. »

    Un lueur de désappointement s'esquissa dans le regard de Snow. En effet, elle ne parlait pas à lui, mais bien à Riku. Ainsi, à deux reprises au cours du même discours, elle avait affirmé -explicitement ou non- que son aide était superfétatoire. Snow ne put d'ailleurs même pas insister, puisqu'au même instant, le duetto avait déjà entamé une nouvelle escapade. Malgré tout, le Général n'avait ni l'intention de les abandonner ainsi, ni celle de les laisser plonger dans la gueule du loup. Viscéralement, il fut poussé à les suivre sans trop grande discrétion -faute d'agilité- jusqu'à ce que Riku et Aqua débouchent sur un immeuble, hypothétiquement une manufacture désaffectée. Snow préféra ne pas s'y introduire immédiatement, préférant effectuer un tour de garde avant.

    Il resta donc quelques secondes à faire les cent pas, les poings tendus et parés à affronter les moindres éventualités. Et alors, du néant émergea un mastodonte au regard abominable et au singulier métissage entre un crabe et une pieuvre. Machinalement, Snow positionna ses mains devant son visage et chargea sans trop prendre de précautions. Avec impulsion et péril, il plia les genoux et bondit du plus haut qu'il pouvait, atterrissant sur l'horrible tête de la créature. La martelant de plusieurs coups de poings rapides qui scindaient l'air presque bruyamment, il enchaîna ensuite avec succession de frappes glaciales qui vinrent givrer le cou du poulpe-crabe. Transie, le mastodonte parvint tout de même à tournoyer sur lui-même de façon à se détacher de son emprise. Le résultat escompté fut inopiné pour Snow, qui se sentit détacher et propulser puissamment.

    Le choc lui fit perdre conscience momentanément, mais pas assez longtemps pour lui faire perdre de vue le sans-cœur. Alors qu'il rouvrait les yeux difficilement et que l'engourdissement de ses jambes et du bas de son dos se dissipait lentement, il la vit s'introduire dans l'immeuble désert -maintenant repère de Riku et d'Aqua- en cheminant à la façon d'un crabe. Snow voulut la rattraper avant que le pire ne survienne, mais il ne réagit assez promptement.


    « Saleté de crabe », maugréa-t-il en se remettant sur pieds.

    Lorsqu'il s'infiltra dans le bâtiment, il vit, au centre de la pièce, le jeune Riku s'évertuer pour rester debout, avant de le voir s'écrouler sur le sol. Maître Aqua, quant à elle, avait repris en main sa Keyblade, prête à défendre son camarade. Voyant tous les périls de la scène, Snow n'espéra pas une seconde supplémentaire et fonça de nouveau, alors que la créature tentait de tolérer le tambourinage d'Aqua.

    Snow, sentant son énergie magique fluer au travers ses veines, la chargea au cœur de sa paume. Il relâcha le tout sous la forme de minuscules sphères opalin qui, traçant une trajectoire parfaitement droite devant lui, vinrent détoner au contact du mastodonte. Bien que peu effectives face à l'immensité de leur adversaire, les ruines mystiques attirèrent son attention, ce qui permit à Aqua de retourner auprès de son partenaire pour lui fournir des soins supplémentaires qui pourraient, potentiellement, lui octroyer un peu de vitalité pour lutter à son tour.

    Pendant ce temps, Snow continuait d'engendrer des petites sphères qui, maintenant, n'avaient presque plus aucun effet. Alors, il employa de ses forces magiques pour générer un nuage de brouillard céruléen au-dessus de la tête du sans-cœur. De cette brume cabalistique, une multitude de flocons vinrent déconcentrer la créature, en plus de lentement la frigorifier et de lui faire perdre une partie de ses moyens. En moins de deux, cette dernière était recouverte d'un imposant manteau lactescent qui ralentissait chacun de ses mouvements et qui ankylosaient ses jambes frêles, mais pourtant agiles. Ainsi Snow profita de cette situation de supériorité pour s'approcher du crabe-poulpe et commencer à lui asséner une série de coups lents, mais plus puissants.

    Mais alors qu'il croyait en avoir fini avec le monstre, celui-ci focalisa toute son énergie et talocha avec une force marquée Snow. Le Général, déstabilisé par un coup aussi puissant, n'en ressentit pas la douleur directe, mais se sentait déferler lentement contre le sol. Mais il ne l'atteignit pas, car le crabe asséna un deuxième coup toujours aussi puissant qui, cette fois-ci, bénéficia du manque d'équilibre de Snow. Ce dernier tomba évidemment sur le plancher de l'immeuble, glissa sur une dizaine de mètres avant d'être stoppé par un mur. Assommé, mais toujours relativement paré à contrecarrer un autre assaut, il mit la main sur le derrière de sa tête. Lorsqu'il remit ses mains en position de combat actif, il vit un liquide écarlate sur celles-ci, maculant la noirceur de ses gants.


    « Aqua! Je vais attirer son attention, mais cette fois-ci, vise ses jambes. », s'exclama Snow en pensant proposer un stratagème inédit qui, fatalement, avait déjà été tenté par ses alliés d'infortune.

    Le regard de Snow croisa celui de la créature, et usant d'un don qui lui était inné, il parvint à véritablement provoquer la bête, comme s'il lui lançait une séquence d'insultes et d'injures ignobles. Comme épris d'une ire profonde et irrévocable, le sans-cœur se mit à courir dangereusement en direction du Général qui, entretemps, réussit à se servir de mur comme d'appui pour se relever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicdisney.forumactif.com
Mérope&Ézéchiel
<34

avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Re: L'Aube de la veuve   Jeu 28 Juin - 19:24

    Qu'on soit immobile ou en mouvement, une chose est sûre : rien n'arrête le temps. Et le temps, lui, continuait de ravager le juvénile qui luttait pour sa propre survie, alors qu'une rivière de fluide carmin cascadait sur ses abdominaux avant de s'enfouir là où le ventre perd son nom. Heureusement, Aqua avait réagi prestement, et en dépit de l'efficacité des sorts qu'elle eut utilisés pour soigner la plaie de Riku, elle avait tenté quelque chose d'autre, enrubannant le torse du jeune homme d'un morceau de tissu. Snow admirait d'ailleurs cette vivacité d'esprit et cette spontanéité qui scintillait dans les yeux de la maîtresse, qui faisait d'elle une guerrière assidue, prête à contrecarrer les soucis, les assauts et les complexités.

    Soit, alors qu'elle effectuait une ronde visuelle de la blessure de Riku, elle raconta le pourquoi du comment; les raisons pour lesquelles deux porteurs de la Keyblade avaient décidé braver les ténèbres de la Cité du Crépuscule. Snow, bien qu'attentif à ce qu'elle disait, ne pouvait s'empêcher de penser au troisième membre du trio qui, un peu plus loin, paraissait se démener contre une douleur constamment grandissante. Sa plaie était pansée, certes, mais la souffrance, elle, pas encore. Ses yeux, bien que fermés, reflétaient un inconfort des plus flagrants, alors que chacun de ses muscles paraissaient tendus. Snow n'appréciait pas tout particulièrement de voir quelqu'un s'accrocher à son existence de telle sorte, et surtout puisqu'il s'agissait d'un adolescent qui avait encore un avenir et une vie sur la destinée qui lui servait d'horizon.

    À l'instant-même où Aqua conclut son histoire, Snow prit congé et, par la même occasion, l'initiative de troquer quelques munnies pour des médicaments. Les poings armés de vigueur et le regard équipé de sa fureur habituelle, il abandonna la manufacture désaffectée et prit une direction aléatoire, suivant ce qui semblait être la voix de son intuition. En cheminant hasardeusement au travers la ville, il finit par déboucher sur une place publique, heureusement dénuée de toutes formes de vie obscures. Furtivement -ou du moins dans la subtilité dont était capable Snow-, ce dernier traversa le parvis avant de s'introduire dans ce qui semblait être une clinique médicale. À l'intérieur, il ne vit personne. Le même silence hostile régnait. La voie était donc affranchie des ténèbres? Il n'en savait rien, mais il espérait et implorait silencieusement qu'aucun nuisible ne vienne s'infiltrer dans sa mésaventure.

    Snow se gratta la tête en voyant le nombre de rayons et d'étaux qui se dressaient devant lui. Il y avait une variété stupéfiante de types de médication, passant de la simple capsule pour guérir les céphalées jusqu'au traitement des virus les plus ravageurs. Balayant continuellement les alentours, Snow traversa le dédale en prenant soin d'empoigner quelques antiseptiques, anesthésiques, antibiotiques et bandages de toutes sortes au passage. Cela fait, il se dirigea vers le seuil de la clinique afin de quitter, mais il fut happé par une voix des plus frémissantes :


    « On part sans payer, jeune homme? »

    Bondissant imperceptiblement sur place, Snow fit un demi-tour sur lui-même. Au comptoir principal de la boutique, un homme d'une soixantaine d'années, à la chevelure désordonnée et au regard noir de jais, attendait tranquillement. Bien que son regard était particulier, il ne semblait ni agressif, ni hostile... Ou du moins, en apparence. Néanmoins sur ses gardes, Snow s'approcha de son interlocuteur et lui tendit quelques munnies en s'excusant :

    « Pardonnez-moi, monsieur, je croyais que la boutique avait été désertée. »

    Le vieil homme déclina gentiment l'argent qu'on lui offrait et se mit à rire.

    « Votre ami est malade? »

    « Blessé... »

    Les yeux du vieillard se mirent à scintiller étrangement.

    « Quel type de blessure? C'est grave? »

    « Causée par un sans-cœur, répondit-il impulsivement. .... Et ça saigne beaucoup. »

    « Sacré sans-cœur! »

    Sa voix sonna atrocement fausse.

    « ... »

    « Mais quelle idée de venir à la Cité du Crépuscule? Ne me dites pas que vous ne saviez pas que la ville était infestée de ces créatures? Les quelques résidents qui ont encore toute leur tête sont soit des membres de la Coalition noire, ou encore des résistants qui tentent de survivre -en l’occurrence... moi. Vous saviez pertinemment qu'il était dangereux de venir ici, alors pourquoi l'avoir fait? »

    « La Coalition est en nombre ici? », s'interrogea Snow en détournant le sujet.

    « Officieusement, ce groupuscule possède et domine cette ville. »

    « Par hasard, vous ne sauriez pas où ces gens se regroupent? »

    « J'en sais rien, et je préfère ne pas le savoir. »

    Un énième silence vint envahir l'âme des lieux. Le vieil homme semblait vouloir percer l'esprit de Snow, alors que ce dernier n'arrivait pas à cerner l'attitude étrange de son interlocuteur. Fracassant ainsi la quiétude en saluant solennellement le vieillard -puisque Riku continuait de souffrir à quelques mètres de là-, Snow se dirigea vers la sortie. Le dos tourné, il ne pouvait voir l'homme le regarder avec un intérêt particulier, contemplant chacun de ses mouvements.

    « Faites attention à vous, jeune homme... On ne peut faire confiance à personne ici. »

    Sans trop porter attention à l'avertissement du vieillard, le Blizzard épique perpétua sa route en empruntant les mêmes rues et ruelles. Comme s'il connaissait la Cité du Crépuscule, il marcha avec assurance jusqu'à retrouver le fameux repère de Riku et d'Aqua. S'assurant qu'il n'y ait pas d'armures ébènes ou autres créatures ténébreuses et hostiles dans les environs, Snow s'introduisit dans le bâtiment, relâchant avant la tension qui embrasait ses poignets et ses paumes. Lorsqu'il traversa le seuil, il se sentit libéré d'une charge énorme et se laissa lâchement tomber contre le sol, à quelques pas de Riku.

    Riku... Son cas ne s'améliorait pas, même que son visage était encore plus blafard, plus blême, plus... mort. Curieusement, son visage ne témoignait plus de cet inconfort, et il ne paraissait même plus souffrir. Peut-être s'était-il habitué à la douleur, ou peut-être que ce martyr l'avait totalement médusé... Snow soupira en le voyant dans cet état. Il devait agir promptement et efficacement pour éviter des complications inutiles. Il s'approcha donc de Riku et, donnant quelques uns des médicaments à Aqua, il s'accroupit. D'un geste lent, il retira temporairement le tissu qui cintrait son torse. Heureusement, ils avaient réagi assez rapidement pour empêcher que la plaie ne s'infecte.


    « Attention bonhomme, ça risque de brûler un peu. »

    Snow nettoya la blessure superficiellement en essayant d'être le plus délicat possible. Malencontreusement, son manque de grâce manuelle ne semblait pas amenuiser la douleur. Pour en témoigner, Riku laissa échapper quelques complaintes exténuées au rythme des doigts de Snow qui valsaient sur son buste. Le colosse se retourna vers Aqua :

    « Tu devrais le faire à ma place, conclut Snow en décochant un sourire gêné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicdisney.forumactif.com
Mérope&Ézéchiel
<34

avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Re: L'Aube de la veuve   Sam 30 Juin - 17:02

    Pourquoi tant d'hostilité? Riku, qui d'apparence semblait être un garçon ouvert, rejetait les moindres tentatives de Snow de tisser un lien, de provoquer une chimie entre eux. À trois reprises, il avait mis la main à la pâte, prenant des risques qui, pourtant, n'étaient pas inévitables. Il aurait très bien pu passer le chemin, ignorer le péril qu'il vivait et s'affairer à la tâche qu'on lui avait confiée. Mais il avait pris la décision de lutter pour eux, et surtout de lutter avec eux. Dans l'autre camp, Riku paraissait réticent à l'idée de faire preuve de loyauté et de confiance envers un quidam qui propose une assistance marquée sans raisons apparentes. En tout cas, c'était ce que son ton de voix et son regard circonspect paraissaient vouloir réfléchir. Mais malgré tout, Snow considéra qu'une telle réaction était normale dans les circonstances dans lesquelles ils s'étaient tous empêtrés, parce qu'après tout, dans ce monde peuplé de coupables, l'innocence devient aussi inusitée et rare que de la neige sur le désert d'Agrabah.

    Et il y avait Aqua, modératrice semblait-elle. Toujours posée, prenant des initiatives réfléchies, avançant des propos qui guideront assurément vers un succès... Était-ce là l'image de la Lumière? Alors que des bribes de la conversation qu'il eût avec cet homme dans les profondeurs stellaires revenaient heurter ses souvenirs, il se mit à douter un peu plus de son rôle au sein de l'éternel combat manichéen. La Shinra lui offrait des conditions irréprochables, des récompenses à faire jalouser et des ordres de mission généralement flexibles, mais le groupe était-il réellement convenable pour un authentique héros? À la vue de son expérience, de ses connaissances et du duo d'illuminés, la Lumière aidait les gens pour aider les gens; la Shinra, elle, aidait les gens pour s'enrichir de pouvoir et de richesses. Dans les deux cas, leurs intentions étaient nobles, mais l'objectif de Rufus, lui? Snow chancelait, mais cette remise en question ne lui était pas désagréable. Elle lui permettait d'ouvrir ses horizons et de véritablement s'assurer si ce qu'il faisait était bon.

    Ainsi lorsque Riku fut superficiellement guéri et qu'Aqua en eut fini avec les traitements médicaux, le trio d'infortune devait maintenant agir avec de mettre la main sur la veuve et d'éviter le gouffre. Snow, ne connaissant ni la Cité du Crépuscule et ni tous les détails-clefs de cette mission, ne pouvait s'avancer sur quoi que ce soit. Calmement, il se contentait d'écouter et de comprendre du mieux qu'il pouvait la situation. Lorsque la maîtresse trouva une solution et que Riku renchérit en détaillant la façon dont il se rendrait chez l'ex-résidence de la veuve, il sentit réellement qu'il faisait partie d'un groupe relativement soudé et qui voulait, de leur propre et plein gré, venir en aide à ceux qui en ont besoin. Cette situation, bien que délicatement épineuse, s'avérait être une excellente occasion pour Snow de montrer ce qu'il avait dans le ventre et, d'une certaine façon, atteindre ses ambitions.

    Soit. Le plan que proposait Riku semblait adapté aux circonstances. Dans un monde aussi sombre et gouverné d'une main de fer par un groupe ténébreux, deux porteurs de la Keyblade étaient comme deux phares brillants, deux lanternes dans le gouffre le plus obscur. Ils devaient donc inévitablement scinder le groupe afin d'éviter toutes les complications -qui évidemment s'avéreraient compromettantes pour la réussite de cette mission. Snow, balançant subtilement sa tête de haut en bas, acquiesça en bonne et due forme :


    « Ça me va, commença-t-il alors qu'un sourire épique pinçait ses lèvres. Je suppose que vous connaissez tous les deux le chemin et l'adresse? Ou l'un des deux ou vice-versa... »

    Le regard de Snow divergea jusqu'à croiser celui Riku qui, mine de rien, n'était pas en pleine forme. Même s'il s'était remis sur ses pieds, on pouvait lire une douleur persistante dans son visage. Qui plus est, si le trajet s'avérait long, pénible ou obstrué d'embûches, il ne pourrait résister très longtemps. De l'autre côté, il était absurde de penser à le laisser ici et revenir le chercher à l'accomplissement de la mission, car même ce repère n'était pas en sécurité. Le trio devait donc baser tous leurs plans selon l'état de Riku, puisqu'une chaîne est aussi solide que son maillon le plus faible. Et puis, mine de rien, Snow avait vu Riku au combat, et ce dernier semblait acharné, assidu et plutôt puissant. Malheureusement, ils devaient se passer de ces compétences.

    Snow se mit donc à cogiter momentanément afin de trouver une solution pour aider Riku à se déplacer, mais rien ne lui vint à l'esprit. Un peu désappointé par sa non-découverte, il tenta d'élaborer un plan quelconque :


    « Riku, je sais que tu n'aimerais probablement pas ce que je vais te dire, mais allez, grimpe sur mon dos, annonça-t-il en se grattant la tête. Je sais que ça va sembler ridicule, mais personne ne te verra, ne t'inquiète pas. »

    Un rire, à moitié embarrassé et à moitié bon-vivant vint ponctuer sa phrase. Si Riku ne semblait pas prêt à prêter serment de loyauté à Snow, sa réponse n'échappa pas à la règle. Même s'il n'avança pas explicitement qu'il déclinait cette offre, le silence qui suivit la phrase confirma que cette idée n'allait pas être acceptée à l'unanimité. Sans déception ni désespoir, le Blizzard épique laissa échapper de nouveau quelques rires et se mit à épier la pièce, avant de discerner, adossé contre le mur, une échelle de bois. Avec sa brutalité naturelle, il s'en approcha et la brisa violemment de façon à ne conserver que l'un des deux supports parallèles de l'échelle. Il brisa le morceau de bois en deux d'un coup de pied magnifiquement exécuté et le tendit à Riku, fier d'avoir fabriqué cette canne de fortune.

    Alors que l'adolescent s'habituait à son nouvel instrument, Snow invita le trio à se diriger sur le seuil du repère, effectuant une ronde visuelle de l'horizon avant de s'assurer que la voie était encore libre. Évidemment, il aida Riku à cheminer, et lorsqu'ils furent tous sur le portique, à jauger avec détermination le panorama qui se dressait devant eux, Snow prit la parole :


    « Nous y voilà. Aqua, vous devriez partir en premier. Nous vous suivrons de près... Était-ce là inhabituel de vouvoyer une demoiselle alors qu'il tutoyait scrupuleusement son collègue? Et je vous en prie... Soyez prudente. Faites-moi signe si vous avez besoin d'aide. »

    Il se retourna nerveusement vers Riku, et demanda :

    « Alors bonh-- Il s'interrompit lui-même, considérant que pour être accepté par l'adolescent, il devait faire preuve d'équité. Il ne devait pas le traiter comme un jouvenceau inapte et inutile, mais bien lui parler d'égal à égal. Alors Riku, tu es prêt? Fais-moi signe si tu as besoin de t'arrêter, on prendra une pause... Et sache que mon offre de toute à l'heure tient toujours... Mon dos sera là pour toi en cas de problèmes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicdisney.forumactif.com
Mérope&Ézéchiel
<34

avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Re: L'Aube de la veuve   Dim 1 Juil - 18:00

    Décidément, le hasard avait perdu sa clémence d'autrefois. Entre la chute sur cette dalle insidieuse et les détritus qui déferlent du firmament, Snow n'eut échappé que des soupirs et des jurons désespérés. La vie voulait-elle lui faire passer un message quelconque, ou pire, ces signes l'alertaient-ils d'un danger imminent? Il n'en savait rien, mais cette séquence d'événements insolites le poussa à perdre le sens de la réflexion : après avoir subi les foudres de la malchance, il perpétua le reste du trajet en faisant attention aux moindres de ses pas, de ses gestes et de ses paroles, même qu'il ne parla que très peu avec Riku, trop focalisé à épier le pavé à la recherche de dalles ou d'embûches.

    Ainsi traversa-t-il une bonne partie de la ville, chancelant entre sa propre sécurité et celle de Riku. Alors que Snow peinait à rester debout, son compagnon, lui, ne devait courir aucun autre danger, dans lequel des cas il pourrait être heurté grièvement pour plusieurs semaines encore. Le Blizzard épique, la tête emplie du sens du devoir, décida donc de ne plus trop s'attarder à sa propre situation, concentrant plutôt son attention sur son partenaire de choc. D'ailleurs, après plusieurs minutes de silence profond, ce fut celui-ci qui entama le conciliabule, comme pour dissimuler un malaise qui semblait grandissant :


    « D'où viens-tu? Pourquoi rejoindre la Shinra? Qu'est-ce que tu fais la-bas? Pourquoi jouer aux héros? Pourquoi t'intéresses-tu à Aqua? Qu'est-ce que tu fais dans cette ville? Et pourquoi nous as-tu suivi? Est-ce... »

    Ce bombardement de questions bouleversa quelque peu Snow qui tenta de se remémorer toutes les interrogations pour pouvoir y répondre en bonne et due forme. Sans timidité ni inhibition, il se retourna donc vers son camarade d'escapade et rétorqua d'un ton comme à l'accoutumée fier et fort, teinté cette fois-ci d'une larme d'arrogance :

    « Je viens du Jardin Radieux, articula-t-il avec un pointe de nostalgie. J'y suis né, j'y ai été élevé et j'y ai vécu jusqu'à mon enrôlement dans la Shinra. Pour tout avouer, cette décision a été prise sur un coup de tête. Avec ma misère économique personnelle et mon désir d'aider les gens, la Shinra m'a paru toute indiquée, même si, en ce moment, je doute un peu... Mais bon, ça, c'est une longue histoire. Un jour, je te la conterai autour d'un verre de bi-- Tu as bien l'âge pour boire? »

    De fait, cette histoire n'était pas interminable, ni même longue. Néanmoins, Snow n'était pas tout à fait prêt à en parler ouvertement au premier quidam venu. Lui-même titubait beaucoup entre la voix de la raison et celle de ses ambitions. La Shinra lui offrait tout ce dont il rêvait, superficiellement parlant, mais au niveau du cœur de l'entreprise, le tout laissait un peu à désirer. Ne voulant donc pas en discuter pour le moment, il répondit machinalement à la question suivante :

    « Et je ne joue pas au héros, Riku. Il prit une pause dramatique, presque tragique. Je suis un héros, héhé. De nouveau sa phrase fut ponctuée par des rires francs et un peu trop bruyants qui vinrent faire écho partout dans le quartier. Il interrompit sa rigolade en se rappelant sa situation actuelle, soit au beau milieu d'un monde hostile et ténébreux. On ne joue pas au héros, on l'est ou ne l'est pas. Et mine de rien, ça demande beaucoup d'intelligence et de préparation pour en devenir un. Il faut s'entraîner, mentalement comme physiquement, et être prêt à aider les gens de façon désintéressée. Vous pourriez même être des héros, Aqua et toi, si vous le vouliez. Vous travaillez pour la Lumière, et la Lumière est pour moi peuplée de véritables guerriers. »

    Il prit une pause en répétant son discours intérieurement. Le nom d'Aqua lui rappela une tierce question.

    « Je ne m'intéresse pas à Aqua, commença-t-il sèchement, mais presque silencieusement. Elle est simplement brillante, et est à l'image d'une héroïne. Elle t'est venue en aide une multitude de fois, et elle fait passer les besoins des autres avant les siens. Cette dame est admirable, Riku, tu devrais en prendre soin. »

    Il ne mentait pas. Aqua ne l'intéressait pas. Même si elle était dotée d'une beauté indubitable, d'un charme fracassant et d'une intelligence assurée, elle paraissait beaucoup trop concentrée sur sa quête personnelle et sur son devoir en tant que membre de la Lumière pour se permettre des aventures parallèles. Snow, même s'il ne la connaissait que depuis une heure à peine, la considérait plutôt comme une collègue, et peut-être future partenaire, qui sait. Mais il n'était pas proprement intéressée par la maîtresse de la Keyblade, bien qu'elle avait tout ce que n'importe quel homme aurait pu solliciter.

    Balayant les lieux du regard afin de s'assurer que la voie était toujours libre et que le duo ne courait encore aucun danger, Snow serra un peu les poings. Mais lorsqu'il vit qu'aucun péril ne s'annonçait dans les horizons -ni même derrière eux-, il relâcha tout et put continuer de dialoguer avec le jeune homme qui, même s'il ne semblait plus souffrir, claudiquait parfois sous la fatigue :


    « Et pour répondre à ta dernière question, si je suis venu ici, c'est pour la Shinra. Rufus m'a personnellement demandé de venir lui faire un rapport sur l'état de la Cité du Crépuscule. Jusqu'à maintenant, j'ai pas beaucoup de contenu, mais ça viendra je suppose. Snow se gratta la tête en se rendant compte, qu'effectivement, il n'avait pas commencé à penser à entamer son ordre de mission. Bien qu'il pouvait certifier que la ville était toujours gouvernée par la Coalition noire, il devait trouver d'autres renseignements. Mais je vous ai rencontré, et mes plans ont changé. J'en devine que le destin voulait que vous soyez sur ma route. Et le destin a toujours raison. »

    Maintenant que les interrogations de Riku venaient d'être élucidées par les réponses de Snow, ce dernier prit conscience du fait qu'il avait été le seul à parler de lui, à s'ouvrir à son partenaire. Peut-être avait-ce été égoïste de sa part de ne pas laisser la chance au porteur de la Keyblade de glisser un mot, mais il voulait à tout prix corriger les erreurs. Il cessa donc de marcher brusquement, et se contenta de demander posément :

    « Et toi, tu fais quoi dans la-- »

    « Pas la peine de m'interroger sur ma vie. Je ne parle pas souvent de moi. À quiconque. »

    Sa réplique, maugréée, ne manquait cependant pas de clarté, et Snow ne voulut insister. Mais de toute façon, il n'aurait pas eu le temps de le faire, car au même moment, il aperçut au loin une lumière qui se consumait. Toutefois, il ne s'agissait pas d'une lumière naturelle : il ne s'agissait ni d'un soleil quelconque, ni d'un lampadaire, et encore moins d'une série de chandelles célestes. Et c'est à cet instant précis que le Blizzard épique comprit qu'il s'agissait d'un feu, d'une incendie. Et c'est à cet instant précis qu'il comprit également qu'il s'agissait de la maison de la veuve, à en voir le visage perturbé de Riku. L'argenté essaya d'ailleurs de l'alerter, mais Snow n'écouta pas la moindre syllabe. Il était concentré sur le feu grandiose qui ravageait tranquillement la magnifique architecture de la résidence.

    Alors que Riku terminait sa phrase, le Général de la Shinra fonça directement dans la maison comme si sa propre vie était compromise. Mais alors l'argenté grimpa sur le dos de Snow, voulant participer au potentiel sauvetage. Dans des circonstances normales, il aurait accepté de le porter. Mais dans cette situation, le danger était beaucoup trop omniprésent, et apporter une charge supplémentaire pourrait leur coûter la vie, à tous les deux. Snow posa son camarde sur le sol, s'excusant avec de baisser la tête :


    « Désolé Riku, c'est trop dangereux. Essaie de trouver de l'aide pendant ce temps. »

    Ainsi Snow fendit l'éther à toute vitesse jusqu'à atteindre l'issue principale de la maison. Stimulé par l'adrénaline produite massivement qui fluait dans ses veines et le devoir de sauver des êtres possiblement en détresse, il ne s'attarda même pas sur le feu qui rongeait la porte et le balcon. Il traversa des flammes moins dangereuses et pénétra dans la résidence. Là, il s'arrêta quelques secondes pour souffler et constater l'état des lieux : fort heureusement, l'incendie avait été déclenchée peu avant leur arrivée, et les flammes ardentes n'avaient pas encore eu le temps de s'affairer au deuxième étage. Mais fort malheureusement, le rez-de-chaussée ressemblait à un champ de bataille enflammé, dissimulé sous un nuage de fumée atroce qui bloquait les voies respiratoires de Snow. Si la veuve ou ses enfants se trouvaient à cet étage, ils étaient assurément tous morts, décédés dans de pénibles souffrances.

    Voyant qu'il devait ainsi agir promptement et avec une efficacité sans pareille, il grimpa les escaliers et fit un tour preste de toutes les chambres. Même si le brouillard était toujours aussi intense et qu'il y faisait une chaleur accablante, il ne se laissa pas altérer par les circonstances et continua énergiquement d'épier tous les recoins de chacune des pièces. Dans l'une d'elle, il y distingua une jouvencelle d'à peine quatre ans qui luttaient pour respirer. Son visage et ses courts cheveux dorés étaient recouverts de suie et de cendre. Elle pleurait bruyamment, mais chacun de ses gémissements était brisé par la fumée qui s'introduisait dans sa gorge, l'asphyxiant à petits feux. Snow, alarmé par son instinct, la prit automatiquement dans ses mains et la mena vers la sortie, mais alors qu'il franchissait le portique, elle se mit à sangloter de plus belle, surpassant même le bruit des flammes qui crépissaient avec une assiduité effroyable. Entre deux pleurs, elle esquissa quelques mots :


    « Sur... toit... Sur le toit... Frère... »

    Bon dieu... Il y avait donc quelqu'un sur le toit aussi. Snow stoppa net de courir et se retourna subitement pour constater que la fenêtre de la chambre était grande ouverte et qu'elle permettait l'accès direct à un toit inférieur. Snow eut tout d'abord l'idée de s'y rendre, mais voyant la petite fille dans le creux de ses bras, il se mit à hésiter. Le dilemme moral ne s'éternisa pas, alors qu'il sentit la maison vibrer. Devant ses yeux, il vit une partie de la structure de la demeure s'effondrer à quelques pas de lui. Au travers le trou, il pouvait clairement voir l'incendie qui continuait de dévaster la salle à manger et la salle de séjour. S'il décidait donc d'aller porter la fillette à l'extérieur avant de récupérer son frère, ce dernier ne pourrait décidément survivre. Il fit ainsi un énième demi-tour et chargea en direction de la fenêtre.

    Là-bas, il se faufila au travers le cadrage et parvint à atteindre le toit inférieur. Il regarda les alentours et aperçut un garçonnet d'une dizaine d'années implorer l'aide des cieux en hurlant et en balbutiant des prières des plus désespérées. Snow s'en approcha et, sans même s'introduire ni saluer, l'empoigna. Cependant, l'éphèbe, lui, était un peu plus lourd que sa sœur et il s'agitait de plus en plus. De plus, avec le garçon entre ses bras, le Blizzard épique perdait automatiquement l'utilisation de ses mains. Maintenant, seules ses jambes et sa tête pouvait l'assister dans cette détresse calcinée. Décidé à sortir de ce lieu maudit sain et sauf, il entra dans la maison par la même fenêtre, mais il s'arrêta lorsqu'il vit que le sol de la chambre était comme un archipel...

    En effet, seules quelques parcelles du plancher tenaient encore debout, soutenues par des piliers et des structures un peu plus résistantes. Si Snow voulait traverser ce dédale, il devait user d'une intelligence marquée et d'une délicatesse qui l'était encore plus. Malencontreusement, avec son propre poids et celui des deux jouvenceaux, il était comme un éléphant sur un fil de fer... S'il effectuait un moindre mauvais pas, le sol se détruirait sous ses pieds et il se retrouverait mort, tous comme les deux enfants, enseveli sous les flammes. Et un héros ne peut rendre les armes et l'âme d'une telle façon.

    Doucement mais rapidement, il mit son pied sur la première parcelle de plancher. Sous son poids, il sentit le sol vibrer, gémir, souffrir. Et c'est au moment où la structure décida de fléchir qu'il oublia toutes ses leçons de tendresse et opta plutôt pour une solution preste. En posant presque agilement ses pieds sur le sol pas encore en ruines, il traversa la chambre et continua sa course jusqu'à atteindre le bas des escaliers. Mais comme si le destin voulait lui complexifier la chose, plusieurs planches de bois étaient empilées juste au devant de la porte, brûlant avec acharnement. Snow se retourna donc et vit au loin une fenêtre ouverte qui, semblait-il, mener vers un monde un peu moins cruel. Au travers les flammes et la chaleur, au travers la fumée et les cendres, au travers les meubles en feu et la fatigue, il sprinta sur quelques mètres avant de sortir une bonne fois pour toutes de cette résidence infernale.

    Conservant une vitesse acceptable, il se mit à cheminer en direction de Riku qui, au loin, contemplait la scène, médusé. Snow, si concentré, continua de courir et ne regarda même plus où il allait, mais son expédition désespérée se termina sur le sol, alors qu'il fonça bestialement contre le corps de son camarade. Heureusement, il chuta de façon à ne pas heurter les deux enfants qui, sous la cacophonie incandescente, continuait de pleurer. Il relâcha les jouvenceaux, mais lui ne se releva pas immédiatement. Exténué et éreinté par l'adrénaline qui se dissipait tranquillement, il ne laissa échapper que quelques mots presque inaudibles :


    « Riku, je t'en prie... Trouve les responsables et, de ma part, tue-les. Ces hommes ne méritent plus la vie. »

    Le duo se transformait maintenant en déplorable quatuor : un porteur de la Keyblade blessé, un guerrier de la Shinra fatigué comme s'il avait couru six marathons consécutifs, une fillette d'à peine quatre ans qui peinait à respirer et son frère, traumatisé au septième degré. Qu'adviendrait-il de la mission? Et bon dieu... Où Aqua était-elle?

    « Il faut trouver Aqua... Je... Je peux grimper sur ton dos?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicdisney.forumactif.com
Mérope&Ézéchiel
<34

avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Re: L'Aube de la veuve   Lun 2 Juil - 11:22

    En plein cœur de la broussaille ténébreuse de la Cité du Crépuscule, Snow gisait, meurtri par l'épuisement, sur le sol glacial. Alors que devant lui une résidence continuait d'être consumée par les flammes exaltées, lui, il tentait de reprendre le souffle qu'il avait égaré. Prenant de grandes respirations, inspirant longuement, expirant interminablement, il espérait venir à bout de cet essoufflement singulier qui assaillait son métabolisme. Pourtant, en temps normal, Snow était résistant à la fatigue, et son endurance presque légendaire lui permettait de se démener des heures durant. Mais ce feu infernal et cette atroce fumée avaient absorbé toute son énergie, et le voilà qu'il reposait nerveusement sur le sol, les deux jouvenceaux inconfortablement serrés dans le creux de ses coudes. À vol d'oiseau, le panorama aurait été épique, homérique, mais du point de vue de Snow, tout était temporairement pénible.

    Alors qu'il étreignait les enfants un peu plus pour s'assurer qu'ils étaient toujours là, sains et saufs, Riku s'était relevé avait joué les Sherlock Holme en tentant de discerner la source de cette incendie. Ses hypothèses, bien que probablement intelligentes et même factuelles, se perdirent dans les limbes avant même qu'elles ne puissent s'introduire dans les conduits auditifs de Snow qui, lui-même, était assourdi par sa cacophonie respiratoire. Cela fait, Riku vint interroger les chérubins qui ne répondirent que par un silence flagrant. Et alors que le Blizzard épique croyait avoir recouvré son souffle perdu, la voix mine de rien rassurante du porteur de la Keyblade vint faire frétiller ses oreilles :


    « Lève-toi, Snow. Tu restes ici avec les gamins, et dès que tu as récupéré, tu les raccompagnes chez eux. Moi je vais voir ce que je peux trouver au sujet de la veuve et d'Aqua. On se retrouve ici dans deux heures maximum. Ne te perds surtout pas! »

    Pour simple réponse, Snow laissa s'échapper un hurlement désespéré qui fit pleurer de plus belle les enfants. D'ailleurs, à cet instant précis, il en profita également pour relâcher l'étreinte, les affranchissant de la sur-sécurité de Snow. Ce dernier, se tournant la tête pour les regarder s'asseoir un peu plus loin, ancra ses mains sur le sol et tenta difficilement de se relever. La première tentative fut un échec manifeste qui, fort heureusement, ne fut remarquée par personne. Alors qu'il se retrouvait les quatre pattes en l'air, comme une tortue ancestrale sur sa carapace, il effectua une roulade latérale qui lui permit de se remettre sur ses pieds en moins deux. Alors qu'il titubait quelques secondes avant de retrouver une stabilité apparente, il interpella Riku, qui continuait de s'engouffrer dans les profondeurs de la Cité du Crépuscule :

    « Riku! s'exclama-t-il comme s'il dictait un ordre. Reste avec moi, je t'en prie. C'est stupide de se séparer, surtout que nous sommes tous les deux dans des conditions... plus ou moins pitoyables. Il ne faut pas scinder le groupe de nouveau, car on sera comme trois quidams égarés dans une ville infestée de sans-cœurs. Il inspira bruyamment avant de continuer : Allez, reste... »

    Si ce monologue avait été prononcé avec une certaine vigueur, Riku ne sembla pas en comprendre le moindre mot, car il continua de se précipiter dans le labyrinthe de la ville. Rapidement, le jeune argenté disparut du champ de vision de Snow qui, perplexe et légèrement craintif, renchérit :

    « Allez, fais pas l'idiot... », soupira-t-il déplorablement.

    Silencieusement, Snow espérait voir réapparaître le porteur de la Keyblade, mais ses espoirs furent aussitôt réduits à néant. Il maugréa quelques instants, furieux d'avoir été ignoré par son partenaire de choc, et se retourna adagio vers les enfants. La scène constatée fut d'autant plus désespérante : devant lui, le garçonnet et la fillette sanglotaient avec une persistance marquée, comme s'ils voulaient attirer l'attention du Général de la Shinra. Cependant, leurs conditions actuelles et leur état de santé ne semblaient pas avoir été affectés par cet incendie, si on oubliait leur visage recouvert de cendre ébène. D'ailleurs, alors que Riku continuait de ne pas revenir, Snow s'approcha de ses nouveaux collègues d'infortune et débarbouilla leur visage à l'aide d'un morceau de tissu qui traînait dans son interminable manteau noir. « Cool, pensa-t-il, je passe de pompier jusqu'à babysitteur... Peut-être pensa-t-il à voix-haute, car au même moment, le regard des chérubins se rivèrent en sa direction. Les jouvenceaux cessèrent leur triste mélodie quelques instants, mais au plus grand désarroi de Snow, ils recommencèrent quelques secondes plus tard, et ce encore plus fort et plus intensément qu'auparavant.

    Un soupir pathétique s'échappa de la bouche du Blizzard épique qui, maintenant, devait user de ses maigres talents en babysitting pour réconforter un peu les enfants. Il les prit donc à tour de rôle dans ses bras, les berçant lentement en fredonnant des chants et des comptines pitoyables. À défaut de les rassurer, ces quelques vers firent rigoler les enfants qui troquèrent leurs pleurs pour quelques rires subtils mais amusés. Voyant que l'absurdité et le ridicule de ses propos parvenaient à modifier le comportement de sa fille et son fils de choc, il continua quelques minutes, ou jusqu'à que ces derniers oublient totalement le traumatisme qu'ils venaient de vivre. Satisfait, Snow les déposa sur le sol et s'assit à son tour, de façon à pouvoir discuter avec eux d'égal à égaux, implorant les cieux pour des réponses :


    « Alors les enfants, vous venez d'où? Que faisiez-vous dans cette maison? Même jeu : un silence de mort, dénué de réponses, dénué d'espoirs... Mais il n'abandonna pas si rapidement. Cette maison n'est pas la vôtre, n'est-ce pas? Alors que faisiez-vous à l'intérieur? Il soupira. Connaissez-vous une certaine Emma Bellister? »

    Snow rigola jaune en voyant qu'il n'obtenait aucune réponse et aucun indice. Mais alors qu'il voulut reprendre la parole pour bombarder de nouveau les enfants, une quinte de toux vint l'interrompre. De sursaut, il fit un tour complet sur lui-même avant d'apercevoir, au même endroit où Riku l'avait abandonné, un vieil homme. Plus la silhouette s'avançait en sa direction, plus il reconnaissait un visage familier, connu. Et ses yeux s'écarquillèrent lorsqu'il constata qu'il s'agissait de l'homme de la boutique... Mais Snow devait-il être heureux ou inquiet de le revoir?

    « Alors, on cherche Emma Bellister? », commença le nouvel arrivant d'une voix brisée par la vieillesse.

    « Je suppose que je ne peux vous mentir... »

    « Cette Bellister est une amie de la famille, suggéra-t-il lentement. Et vous avez de la chance, car je viens tout juste de la voir passer. Elle sembla pressée, elle semblait assez stressée pour tout vous dire, mais je suppose que c'est pour cette raison que vous êtes venus ici, toi et tes deux copains. »

    « Vous pourriez me mener vers elle, ou au moins me dire quelle direction prendre? »

    Le vieillard se mit à rire, comme s'il venait d'entendre une blague à couper le souffle. Cette réaction médusa Snow qui, se reculant de quelques pas par prudence, invita les enfants à se rapprocher.

    « Bien sûr, suivez-moi... »

    Snow pouvait-il faire confiance en un homme aussi louche? Il n'en savait rien, mais même si le vieillard mentait, le Général de la Shinra ne courait aucun danger. Son interlocuteur était vieux, et ses os semblaient déjà fléchir sous son poids. Il toussotait fréquemment et sa peau semblait avoir traversé des siècles et des siècles. Si cette proposition s'avérait-elle une impasse, il pourrait aisément se défendre, ou du moins prendre la fuite. Après tout, dans la situation dans laquelle il se trouvait, seul dans un monde des ténèbres, cette proposition était comme un signe du destin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicdisney.forumactif.com
Mérope&Ézéchiel
<34

avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Re: L'Aube de la veuve   Lun 2 Juil - 19:20

    Le vieillard courbaturé et le colosse parcoururent côte à côte les rues de la Cité du Crépuscule. Alors que Snow essayait d'interroger son nouveau compagnon, ce dernier ne répondait que par des réponses laconiques qui, au bout du compte, n'étaient que des syllabes assemblées qui n'avaient aucune synergie entre elles. Ses dires ressemblaient plutôt à des adages et des maximes des temps anciens traduits maladroitement d'une langue ancestrale qu'à des réponses claires. Mais Snow ne daigna pas trop faire répéter son interlocuteur, ne voulant pas relâcher la possible animosité rageuse qui sommeillait au fond de l'âme du vieil homme : si ce dernier œuvrait en effet pour la Coalition et qu'il avait été envoyé pour embrouiller les pistes du trio, cette apparence de vieillard ne serait probablement qu'une misérable impasse. Ainsi Snow préféra garder le silence pendant tout le reste du trajet, gardant les mains tendues et les poings serrés en cas de complexités.

    À peine une quinzaine de minutes plus tard, ils débouchèrent dans un quartier résidentiel un peu plus miséreux. Là-bas, certaines maisons tombaient littéralement en ruines, alors que certaines étaient complètement dévastées. Snow fut tout d'abord touché par l'horreur de ce panorama, puis son émoi se muta en une haine dissimulée derrière sa façade impassible. La Coalition noire avait drastiquement transformé la beauté de la ville, et ce dans le mauvais sens du terme. Plus rien ici n'était comme autrefois, plus rien ici n'était fastueux comme autrefois, plus rien ici ne reflétait ce qu'était la Cité du Crépuscule d'autrefois...

    Le vieillard invita Snow à accélérer le pas jusqu'à atteindre une résidence un peu plus délabrée, cachée par l'ombre d'un manoir qui, lui aussi, avait été dévasté par le temps et par les ténèbres. Ensemble, ils pénétrèrent dans la demeure. Et ce ne fut uniquement qu'à cet instant que la réticence et l'appréhension envahirent l'esprit de Snow. En s'introduisant dans un bâtiment qui lui était inconnu, il s'élançait lui-même dans la gueule d'un loup affamé. En cas de problèmes, il ne connaissait ni les issues secondaires des lieux, ni la façon d'échapper à une embuscade. Qui plus est, le vieil homme connaissait probablement cette demeure comme le fond de sa poche, et voilà que Snow se trouvait en position de désavantage important. Mais il devait y entrer, il se devait de le faire. Alors il serra encore un peu plus les poings, ses jointures se blanchissant sous la tension, et traversa silencieusement le seuil de la maison.

    Mais lorsqu'il entra, ses yeux durent s'habituer à l'obscurité d'encre, ce qui le laissa temporairement défavorisé. Il plaça ses mains devant son visage, ne voulant pas être heurté au crâne et risqué d'être assommé, et attendit impatiemment que sa rétine fasse confiance aux ténèbres. Cependant, au moment où il croyait pouvoir apercevoir la silhouette du vieillard au fond de la pièce, on alluma une myriade de chandelles et de lanterne. Snow n'eut même pas le temps de subir l'aveuglement qu'une voix vint l'accueillir :


    « Vous voilà, enfin! »

    Une demoiselle à la chevelure rousse comme le feu parcourut la pièce et empoigna avec affection les deux gamins qui traînassaient au pied du vieillard. D'ailleurs, miraculeusement, ce dernier s'était redressé, et son dos arqué n'était plus qu'une planche bien droite. Avait-il donc assisté à une mascarade? La jeune femme, alors qu'elle continuait d'enlacer ce qui semblait être ses enfants, se retourna vers Snow et la remercia d'un regard des plus honorables. Le Général de la Shinra sourit à son tour, et au moment où il voulut demander des explications, le vieillard parla.

    « Je crois qu'on vous doit des explications, monsieur. »

    En effet. Snow acquiesça d'un mouvement de tête long et prononcé. Il paraissait ravi de pouvoir enfin comprendre la scène qui se déroulait étrangement devant ses yeux presque ébahis. Qui était cette femme rousse, qui était ce vieillard au dos faussement courbé et, par dieu, qui étaient ces deux enfants qui avaient bravé la mort dans la maison incendiée?

    « Je suis le père d'Emma Bellister. Lorsque nous avons appris le sort cruel de son mari, mon épouse et moi avons été détruits, commença-t-il doucement. Et en plus, quelques jours après avoir appris cette déplorable nouvelle, nous avons perdu la trace de notre fille. On a reçu une lettre hier, dans laquelle elle racontait toute son histoire... Le château de Disney, la mort de son bien-aimé, sa fuite... Elle disait qu'elle voulait venger son ex-mari, mais était-elle encore saine d'esprit? Nous nous sommes rendus à la Cité du Crépuscule dans l'espoir de la sauver avant que les hommes de la Coalition noire ne vienne à bout d'elle. »

    Il y eut un silence pesant dans lequel un malaise incroyable vint emplir les lieux.

    « Mais nous avons failli à notre mission... Nous l'avons perdue de vue et... »

    « L'espoir n'est pas encore perdu, interrompit Snow. Nous sommes aussi à sa recherche, trois pour être plus précis. »

    « Trois?! s'écrira le vieillard d'une voix presque trop étonnée. Enfin... Où es le troisième? Il était avec vous pendant l'incendie qui a été déclenché-- »

    « Comment se fait-il que ces enfants étaient sans surveillance? »

    « Ils sont venus les reprendre tôt ce matin, rétorqua la femme en s'approchant de Snow, les hommes de la Coalition... Nous dormions encore quand le kidnapping est survenu. Je suppose qu'ils espéraient qu'un incendie meurtrier tuant ses neveux puissent perturber Emma et la dissuader d'agir. La Coalition voit tout ici... C'est pour cette raison que nous restons encloîtrés que nous ne sortons qu'en cas de réels problèmes. »

    « Et vous, monsieur, qu'est-ce qui explique votre présence dans la boutique ce matin? »

    « J'étais à la recherche des gaminsbalbutia l'homme en se grattant la tête. Et quand je vous ai vu arriver, j'ai tenté de jouer la comédie. Quand on doit se promener dans la ville, il faut jouer les faibles et les innocents. Des individus comme vous, forts et prêts à tout, captivent davantage le regard de la Coalition. »

    « Je... Tout ça, c'est trop. Trop de coïncidences. »

    « Faites-nous confiance, je vous en supplie. Vous connaissez notre repère, vous êtes plus forts que nous deux réunis, s'exclama la rouquine en battant des cils comme pour supplier encore un peu. À cinq, nous pourrions venir à bout des hommes de la Coalition et retrouver ma sœur... Nous pourrons les faire payer pour ce qu'ils ont fait à Emma. »

    « Pourquoi aurais-je confiance en des inconnus? »

    « Et pourquoi nous, nous vous ferions confiance. C'est une lame à double-tranchant. »

    « Alors formons équipe. Allons retrouver la veuve... Euh, Emma! », conclut Snow, la main levée dans les airs.

    Les nouveaux compagnons du Blizzard épiques parurent satisfaits d'entendre ces mots. Ils ne s'identifièrent pas néanmoins pas comme l'étiquette le veut : curieusement, ils préférèrent rester dans l'ombre et dans l'anonymat. Cachaient-ils quelque chose? Probablement pas. Comment le père et la sœur d'une femme pouvait-ils lui en vouloir à un tel point pour perturber une mission de sauvetage? Snow n'y pensa plus, et préféra s'attarder aux éventuels périls qui s'auguraient.

    « Laissez-moi vous blêmir un peu. »

    La jeune femme à la chevelure rousse dégaina un écrin de poche dans lequel elle sortit une poudre étrange. D'un geste gracieux, elle peinturlura le visage entier de Snow, rendant son visage plus blafard, plus malade. Le vieil homme qui n'en était pas réellement un, quant à lui, fit de même et empoigna une épée qu'il badigeonna de sang animal qu'il avait embouteillé dans une variété de pots disposés subtilement dans les armoires de la cuisine, question « d'apparaître comme un vulgaire criminel aux yeux de la Coalition et ainsi les dissuader d'attaquer inutilement ».

    At ainsi quittèrent-ils la résidence et partirent à l'aventure dans les profondeurs de la Cité du Crépuscule, laissant les gamins au soin de la nourrice des lieux. Sur le chemin vers la résidence incendiée -parce qu'ils devait retrouver Riku avant de s'engouffrer encore un peu plus dans la gueule des ténèbres-, les nouveaux camarades de Snow racontèrent approximativement la vie d'Emma Bellister. Cependant, constatant le danger constant de la Cité du Crépuscule, la dame rousse préféra se scinder du reste du groupe.

    Lorsqu'il vit le porteur de la Keyblade s'approcher, Snow fit mine d'avoir l'air le plus malade possible. Faisant de ses yeux des globes oculaires hébétés, il chemina lentement et difficilement jusqu'à atteindre Riku qui, lui, se demandait ce qui se passait. Snow, reprenant une forme plus ou moins normale, raconta brièvement le concours de circonstances auquel il avait fait face, et, après avoir terminé, reprit son souffle, arbora un sourire presque victorieux et s'exclama :


    « Mes amis ici proposent de retrouver Aqua en premier lieu, dit-il en mettant l'accent sur le mot ami, pour ensuite se diriger vers ce qu'ils pensent être un repère de la Coalition noire. Si Emma n'est pas dans les parages, c'est probablement parce qu'elle a été elle aussi capturée par ces idiots. »

    Snow n'attendit même pas que Riku acquiesce à la demande et lui fit signe de le suivre. Le vieillard, le général de la Shinra et le keybladeur arpentèrent les rues et les ruelles les plus sombres à la recherche d'Aqua, mais ne parvinrent pas à mettre la main dessus, ni même l’œil. Mais Snow gardait espoir de la retrouver rapidement, car une maîtresse de la Keyblade ne pouvait être happée et heurtée par n'importe qui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicdisney.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Aube de la veuve   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Aube de la veuve
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Hamilton, Laurell K.] Merry Gentry - Tome 2: La Caresse de l'Aube
» Salvatore, R.A. - Une aube nouvelle - La Légende de Drizzt 10 - Les Royaumes Oubliés
» Tide of Iron - L'Aube d'Acier
» A l'aube du 6ème jour:
» Nigloland dans l'Aube

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: THIS IS A NEW START :: Les Histoires Enneigées-
Sauter vers: