Partagez | 
 

 Alpohone Chapeau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mérope&Ézéchiel
<34

avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Alpohone Chapeau   Lun 6 Mai - 12:36

C’est quand Alphonse ferme la porte de son bureau qu’il se calme, mais jamais avant. Parce qu’avant d’y arriver, il doit traverser toute la chapellerie… Et traverser toute la chapellerie signifie qu’il doit aussi passer près de trop d’ouvriers, trop de discussions, trop de machines qui ronronnent un peu trop fort et avec un peu trop d’insistance. C’est un peu comme un enfer insolemment bruyant… Et Dieu sait qu’il déteste la cacophonie… Heureusement que ça rapporte, tout ça. Heureusement que ça rapporte beaucoup.

Comme chaque jour de son existence, il essaie d’oublier le tumulte ambiant. Il n’y arrive pas, regarde le mur, se dit qu’il devrait déplacer son bureau dans un endroit plus tranquille, mais s’y résigne en se disant que ce serait beaucoup trop long, trop onéreux, trop inutile. Comme chaque jour de son existence, il finit par revenir à la réalité en empoignant vivement un coupe-papier. Il ouvre les enveloppes les unes après les autres, n’esquisse jamais un sourire, et encore moins la surprise. Il en jette la plupart, fait mine d’en conserver quelques-unes. « On répond à vos courriers », qu’on peut lire sur un écriteau près de la boîte aux lettres. « On répond à vos courriers… peut-être, si ça intéresse Alphonse Chapeau, qu’il se sent généreux et que ça lui permet de renflouer sa salle du trésor », devrait-on y lire à la place.

Et comme chaque jour de son existence, il s’arrête un moment pour constater le bilan de production de la veille. Il sourit toujours un peu en voyant toute la fortune qu’il a accumulée, et sourit encore un peu plus en constatant que ses ventes sont en continuelle ascension. Il se félicite intérieurement, pense qu’il pourrait aller couvrir ses ouvriers de fleurs, mais se souvient alors que c’est lui qui est à la tête de la chapellerie, et que lui seul est responsable de toute la gloire de celle-ci. Il se félicite donc encore un peu, question de bien caresser la magnificence de son orgueil.

Mais aujourd’hui n’est pas une journée comme les autres, non… À cette heure de la journée, il devrait être en train de rédiger des lettres à destination de firmes étrangères, mais pas aujourd’hui, semble-t-il. Quelque chose cloche dans sa routine. Ce contremaître, qui entre à l’instant, ne devrait pas être là. D’ailleurs, son air confus et tourmenté ne devrait pas être là non plus. Et, par Dieu, cette voix perturbée encore moins !

« Monsieur Chapeau… de commencer le contremaître d'une voix hésitante. Quelqu'un voudrait s'entretenir avec vous. Il dit s'appeler Esprit Saint-Thelme... Et il aurait un marché à vous proposer, une offre "que vous ne regretterez pas", monsieur. Il souhaite vous vendre un crâne d'animal, un drôle d'objet. Ce doit faire partie de ses coutumes de nègre... Je le fais entrer ? »

Un moment de silence, plus loquace que n'importe quel monologue.

« Faites-le donc entrer, murmure Alphonse.[/color=lightslategray] Il égayera ma matinée.[/color] »

Et, en effet, sa matinée s'égaye lorsque la porte s'ouvre et que ledit personnage apparaît sur le seuil de son bureau. Se tenant droit, portant dans ses mains le crâne d'un sanglier et accoutré de tissus parfois trop colorés, cet Esprit Saint-Thelme apparait comme une fleur excentrique au milieu d'un trop-plein de conformités. En fait, devant la singularité d'une telle scène, on aurait l'impression d'avoir été trop longtemps embrumé par des vapeurs opiacées. À l'exception faite qu'Alphonse ne fume pas. Car un homme de sa renommée et de son élégance ne se mêle pas aux activités du bas-peuple

Ainsi, après avoir dévisagé le bonhomme en bonne et due forme, il décide de faire de même pour le crâne dépouillé. Il est tout d'abord dégoûté, répugné à un point qu'il détourne le regard. Mais quand il se penche de nouveau vers le fossile, il est alors enchanté, hypnotisé par le curieux rictus qu'arbore le sanglier, comme si cette bête, morte depuis belle-lurette, tentait de percer l'esprit d'Alphonse. Ce dernier, un peu décontenancé, se lève alors d'un bond et s'approche d'Esprit. Il lui aurait bien serré la main - après tout, ces nègres sont des ouvriers hors-pairs ! -, mais considérant la tête de sanglier, il n'esquisse qu'un mouvement de tête bien solennel. Cela fait, il entame la discussion comme un gentilhomme doit toujours le faire, en s'adressant à Esprit comme à un individu de la plus haute mondanité :

« Je suis enchanté de vous rencontrer, monsieur Saint-Thelme. Je suis Alphonse Chapeau, maître chapelier de cette grande manufacture, mais je suppose que vous le saviez déjà. On m'a dit que vous aviez une offre à me proposer, n'est-il pas ? Une drôle de proposition, de ce que je comprends. »

Alphonse laisse échapper quelques rires. On ne pourrait dire s'il s'agit de rires moqueurs, de rires nerveux, de rires désenchantés ou de rires joviaux, alors considérons seulement qu'il rit. Et, ponctuant cette fois-ci ses phrases de quelques soupirs amusés, il continue :

« Expliquez donc, monsieur, car je dois vous dire que je suis grandement perplexe, avoue-t-il en replaçant son chapeau. Mais alors, son air diverti s'obscurcit, se rigidifie, de même que son ton de voix qui prend une allure diablement sévère. J'espère que vous n'êtes pas ici pour me faire perdre un temps précieux, monsieur... Deux minutes. Je vous octroie deux minutes pour m'expliquer ce pourquoi vous êtes parvenu jusqu'à moi. »

Ah, Alphonse ! Toujours aussi aimable !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epicdisney.forumactif.com
 
Alpohone Chapeau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapeau Vijay!
» Pour les Breton au chapeau rond?
» chapeau de magicien
» chapeau de Carnaval
» Starlette au chapeau (Ajout version 2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: THIS IS A NEW START :: Les Mésaventures de l'Inconnu-
Sauter vers: